Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

10 octobre 2009

Justice : mise en examen

38197833_pFrédéric est un ami dont j’apprécie beaucoup la sœur (bisou à Charlotte), je ne crache pas non plus sur les prises de positions courageuses qui sont les siennes.

Je m’étais régalé sur « France Intox », j’allais dévorer « Justice : mise en examen » avec mes ronronnements typiques d’une montée du plaisir semblable à celle qui s’empare de moi devant une bonne fondue savoyarde servie à volonté avec récurage du caquelon au kirsch.

Eh bien j’avoue avoir beaucoup plus grogné que ronronné à la lecture de « Justice … ».

Bon j’avoue, et le terme est de circonstance pour un tel ouvrage, que la couverture présentant le serial killer Guevara tenant une balance de justice bien lestée du côté gauche, tropisme d’une magistrature indigne présageait pour moi de la mise en examen qui s’impose pour la justice en France.

L’avant-propos me servira cependant de douche glacée : « je ne cacherai pas que c’est un certain agacement qui est à l’origine de la rédaction de ce travail. Les violentes attaques contre la justice et ses auxiliaires … » Oups, il n’est donc pas question de dénoncer une justice française toute particulière, qui, comme le dit Christian Vanneste vous rendra blanc ou noir que vous soyez « progressiste » ou « conservateur » ?

Ben non, évidemment Frédéric est tout a fait avisé de défendre la justice américaine dans nombre de procès d’intention que la merde intellectualo-terroristo-gaucho lui a intenté, il a tout à fait raison de dénoncer la hargne de la gauche contre des verdicts qui ne lui conviennent pas.

Mais il convenait de montrer que c’est bien parce que la gauche et l’extrême gauche se sentent en territoire conquis, qu’elles n’hésitent pas à hurler et menacer quand par un hasard rarissime une décision de justice n’irait pas dans leur sens.

Ce qui choque Frédéric ce sont les cas où les juges n’ont pas obéi au terrorisme intellectuel et l’ont payé, mais en face de ces rares cas combien de jugements, d’arrêts aberrants dont les pétitionnaires se sont frottés les mains sans que nous n’ayons rien dit ?

D’ailleurs avons nous déjà pétitionné, nous sommes nous déjà mobilisés pour des innocents poursuivis pour d’autres raisons que des délits ?

Il aurait convenu que nous nous réveillions, que pour une fois les gens honnêtes et châtrés que nous sommes osent faire le procès d’une institution qui ressemble de plus en plus à un centre de subversion anti-libéral.

Mais il est vrai Frédéric que si la gauche pétitionnaire est si prompte à se mobiliser alors que nous nous écrasons lamentablement devant une affaire aussi grave que celle de Claude Duviau ou l’amnistie de l’assistante sociale des brigades rouges, c’est que siègent au sein même de la magistrature, du barreau et des auxiliaires de justice de véritables petits commissaires politiques avec leurs réseaux. Essayez un peu de traiter les magistrats déviants comme le fait l’extrême gauche en France et vous vous verrez que l’autorité de la chose jugée ne s’impose que pour vous. Qu’en suite de cette application à géométrie variable de la loi vous vous trouverez vite en bute aux foudres de la justice avec un petit j.

Comment en sommes nous arrivés là, c’est ce que j’aurais aimé apprendre sous la plume d’un passionné des prétoires comme Frédéric, comment avons nous pu transformer des étudiants en droit plutôt mal contaminés par le gaucho en une justice dont les libéraux et autres honnêtes gens ont tout à craindre ? Quel est le rôle de l’école supérieure de la magistrature ? De certains réseaux franc-maçons ? Comment les uns tiennent les autres, quelles pressions subissent des avocats non conformes ? Voilà des questions que je me pose encore et dont j’aurais aimé trouvé la réponse dans ce livre.

Xavier COLLET

Pour acheter le livre : Justice : mise en examen

Posté par chatborgne à 20:19 - affaires judiciaires - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire