Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

22 mars 2008

Pour en finir avec le pull-over rouge (suite)

Au cours de l'été 2007, un de mes correspondants sur Internet m'annonça la prochaine parution de son livre. Ce correspondant n'était autre que Pierre Rambla, le père de la petite Marie Dolorès, dont le meurtrier Christian Ranucci a été condamné à mort et exécuté le 28 juillet 1976. Comme les lecteurs de notre blog le savent, une certaine thèse "médiatiquement correcte" cherche à nous faire passer Ranucci pour un faux coupable fabriqué par les méchants policiers marseillais, qui aurait payé à la place du véritable assassin, un mystérieux homme au pull-over rouge. A l'origine de cette fable : l'écrivain Gilles Perrault, auteur d'une "contre-enquête" parue en 1978, qui a, hélas, servi de fil (... rouge, c'est le cas de le dire !) à deux films (l'un pour le cinéma, l'autre pour la télévision), des émissions TV, des sites Web, des jeux, etc.

Trop, c'est trop : c'est sans doute ce que s'est dit le père de Marie Dolorès. Il décide dans cet ouvrage de rétablir la vérité sur ce "serpent à sornettes" (l'expression est de lui) que constitue la thèse de l'innocence de Ranucci, et sur tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, cautionnent lesdites sornettes (les médias que j'ai cités plus haut). Après un rapide rappel autobiographique (p. 14-27) Pierre Rambla entre dans le vif du sujet. Ce n'est pas sans un sentiment de colère que l'on apprend les répercussions du montage anti-judiciaire de Gilles Perrault sur la vie de famille des Rambla ; et notamment sur Jean, le frère cadet de la victime, témoin de l'enlèvement de sa soeur. Il faut s'imaginer ce qu'a subi l'enfant, traité d'"assassin" dans les cours de récréation (on l'accusait d'avoir envoyé un innocent à la guillotine) et qui  tombe dans un manuel de grammaire destiné aux élèves de 3e sur "un texte relatant l'erreur judiciaire avec pour exemple un petit passage illustré d'un extrait du film Le pull-over (rouge) agrémenté de la photo de Ranucci" (p. 50). Par ailleurs, l'auteur rappele à juste titre le "pedigree" pas très reluisant de Gilles Perrault (engagé dans moultes causes douteuses) et les tendances pédophiles du meurtrier de sa fille (notamment son appartenance au réseau du pervers Jacques Dugué, pages 68-69). Sans oublier la condamnation de l'auteur du Pull-over rouge pour diffamation envers les policiers marseillais, détaillée pages 142 et suivantes. Mais Pierre Rambla a également le mérite de relater des éléments peu connus, notamment l'entretien entre Ranucci et sa mère à la prison des Baumettes, durant lequel il lui a avoué sa culpabilité (p. 122).

On l'aura compris : sur le fond, j'approuve tout à fait le propos de Pierre Rambla. Pour la forme du livre, je ne cacherai pas mes réserves : le rythmne est inégal, il y a parfois des répétitions, des coquilles et fautes d'orthographe, et certains passages font très "copié-collé". Pour donner un exemple concret, j'ai retrouvé l'extrait d'un texte que j'ai consacré à Gilles Perrault sur ce blog (en mai 2005) reproduit deux fois et sans guillemets pages 72, 73, et 74. Tout cela est un peu dommage.

Nonobstant ces défauts, le livre de Pierre Rambla mérite le détour, et pas seulement pour ceux et celles qui se sont intéressés à cette affaire criminelle : c'est aussi une bonne occasion de rappeler que dans ce dossier, les victimes, ce sont Marie Dolorès et sa famille. Et certainement pas Christian Ranucci, pour qui je ne verserai pas une larme, n'en déplaise à tous les "droits-de-l'hommistes" de notre pays.

Frédéric Valandré.

PS : Un grand merci à Pierre Rambla d'avoir donné le lien de notre blog, page 219. Nos lecteurs peuvent également consulter son blog, ainsi que ma  fiche consacrée au livre de Gérard Bouladou.

Achetez avec Amazon.fr

Posté par chatborgne à 16:13 - affaires judiciaires - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires

    Très honnêtement, en reprenant les élèments du "dossier" Ranucci ça ne colle pas. Pour moi il était innocent, qu'importe la propagande autour.

    Posté par , 23 mars 2008 à 17:57
  • Il nous saoul le vieux Rambla

    Bon, là faut arrêter de taper sur les morts : sa gamine est morte, Ranucci, coupable ou innocent, il est mort aussi, et l'idée d'une justice équitable, elle est morte aussi. Alors, le vieux, y nous fait son deuil et qu'il arrête de nous saouler : on le sait qu'il pense que Ranucci est coupable et bla bla bla... Y a duchômage en France, de la faim dans le monde, des guerres, des épidémies... S'il le veux et s'il cherche vraiment, il trouvera des tas de combats dans lesquels se jeter, bien plus importants et plus actuels que ces vielles chimères. Il a eut ce qu'il voulait, le "coupable" est mort en étant condamné, alors qu'il arrête de soliciter nos portes monnaies pour cracher son venim.

    Laissons les morts reposer en paix qu'ils soient innocents ou coupables !

    Posté par , 28 mars 2008 à 11:26
  • Ce sont Gilles Perrault et consort qui saoulent, pas Pierre Rambla

    Cher Jean,
    Laisser les morts reposer en paix ? Bonne idée en effet. Mais je tiens quand même à vous signaler que ce sont tous ceux et celles qui cherchent à nous faire croire en l'innocence de Ranucci qui nous gonflent depuis des années,et non le père de la victime, qui, ne vous déplaise, a parfaitement raison de dire et d'écrire qu'il n'y a eu aucune erreur judiciaire dans cette affaire. Ranucci était bien coupable,et il sera nécessaire de le rappeler tant que la désinformation sur cette affaire persistera.
    Frédéric Valandré.

    Posté par , 30 mars 2008 à 19:23
  • Le culte des assassins d'enfants

    Eh oui elle perdure la légende d'un ranucci innocent qu'on a condamné à tort, j'aimerai qu'il fut là question d'un de vos enfants et je vous assure que la légende de l'assassin sympathique tel qu'on nous le présente , vous la verriez d'un autre oeil, ranucci c'est ce que Perrault en a fait a à travers son livre le pull over rouge, une ordure sympathique qui encore aujourd'hui a droit à tous les égards.
    Il n'y a qu'un N° d'imm relévé sur cette route, ce fameux juin 74 1369 SG 06, et devinez le nom du propriétaire?
    Le reste de la littérature Perraultesque!

    Posté par , 14 avril 2008 à 16:03
  • A tout hasard : Est-ce que le livre de Rambla donne une hypothèse du mobile de l'assassinat ? Ranucci n'était pas un pervers sexuel, ni un malfrat de toute évidence. Mais je peux me tromper.

    Posté par , 27 avril 2008 à 17:12
  • réponse à frédéric

    vous avez écrit : Ranucci était bien coupable,et il sera nécessaire de le rappeler tant que la désinformation sur cette affaire persistera

    Pourtant vous êtes dans l'incapacité totale de le prouver

    Posté par , 30 avril 2008 à 01:05
  • Incapable de le prouver, vraiment ?

    Cher "Moi",
    Des preuves ? Je vous signale que c'est Ranucci, et personne d'autre, qui a indiqué l'endroit où se trouvait le couteau qui a servi à tuer la petite Marie Dolorés (retrouvé dans un tas de tourbe); cela, seul le meurtrier pouvait le savoir. Par ailleurs, Ranucci avait sur son pantalon des taches de sang de groupe sanguin identique à celui de la fillette, et il a été établi que ce sang n'était pas celui de Ranucci. On peut être pour ou contre la peine capitale, c'est une question de point de vue. Mais quand certains affirment qu'ici, on a envoyé à la guillotine un homme dont la culpabilité n'a pas été prouvée, ils se trompent totalement, et je n'en démords pas.
    Cordialement,
    Frédéric Valandré.

    Posté par , 30 avril 2008 à 15:05
  • Il faut signaler aussi que le n°d'imm 1369 SG 06 relevé par les Auberts est bien celui de la voiture de Ranucci? Non ??? Ranucci était bien sur les lieux de l enlèvement de M.Dolorès, on récapitule... la rue A.Daudet ou Bienvenutti le copain de Régiment de ranucci habite se trouve guère très loin de la cité st Agnès...étrange tout de même! Ranucci habite Nice, il est à Marseille et SEUL, étrange... Le couteau sans qui les indications de Ranucci on n'aurait jamais retrouvé...étrange non???...
    Et puis ranucci se rétracte dans ses aveux 9 mois après l'instruction...étrange Non?.....
    Et puis un opinel et un cran d'arrêt pour le même homme, étrange Non?.....

    Posté par , 01 mai 2008 à 11:18
  • Le numéro a-t'il été relevé par las aubert, ou leur a-t'il été communiqué par Martinez ? Ranucci était rue A Daudet, mais pas un seul témoin visuel, en plein jour ?
    Le couteau qui est retrouvé au bous de deux heures alors qu'on sait exactement où il est ? Et dont on commence les recherches à 1 km 200 de l'endroit où Ranuccidit l'avoir caché ? Un couteau dont on accuse réception avant de l'avoir trouvé et dont un PV mentionne qu'il a été "saisie le 5 juin" soit le même jour que la voiture du Ranucci et par conséquent 24 heures avant sa découverte devant témoins dans le fameux tas de tourbe ?
    Elles sont étranges vos preuves momo ? Et le pire, c'est qu'il y en a d'autres comme ça.
    Quand au papy Rembla, quelqu'un peut'il lui faire comprendre qu'on le connait son point de vue et qu'il est obliger de sortir un livre tous les trois ans ?
    Enfin, moi je m'en fous, j'ai acheté la Bible Satanique".

    Posté par , 26 mai 2008 à 14:40
  • Les preuves ils y en avaient, et les jurés ne s'y sont pas trompés puisque ils l'ont condamné à mort, et puis c'est ce qu'il méritait non? Moi j'ose le dire et n'en déplaise à certains...
    c'est tellement facile de s'en pendre à des enfants et de rejeter après la faute sur les parents de la victime, Monsieur Rambla peut dormir tranquille, heureusement bon nombre de personnes pensent que ranucci était coupable, quel dommage que la peine de mort ait été abolie pour des assassins pareils!

    Posté par , 29 mai 2008 à 10:36
  • A Frédéric

    A propos du couteau (dont le propriétaire n'est pas certain)

    " je l'ai jeté à terre et j'ai donné un coup de pied dedans" lit on dans les aveux de Ranucci; or on retrouve le couteau planté à la verticale à une profondeur de 20 cm. Comment est-ce possible ?

    Le sang du pantalon : taches de sang desséché, épaisses et d'apposition, de groupe A commun à Ranucci et à la victime... contrairement à ce que vous dites, on est jamais allé chercher le rhésus... le pantalon a disparu lors des recherches pour la première requête en révision.
    Taches dessechées : depuis quand le sang était il sur ce pantalon.

    Ensuite, M.Frédéric, il a été reconnu par la cour de cassation que la mention du pantalon avait été rajoutée à un moment inconnu en haut de la seconde page du PV de saisie, constituant ainsi un faux...

    Et enfin ce pantalon était taché de terre : on n'a pas recherché si la terre provenait des lieux voisins du crime...

    Faibles arguments ...

    Posté par , 09 juin 2008 à 18:24
  • Rectification

    Frédéric,

    J'ai beaucoup étudié cette affaire et ne peux dire qu'une chose : lorsqu'on l'étudie sérieusement et sans postulat pré-établi, lorsqu'on lit tout ce qui a été écrit (ouvrages à charge comme à décharge), on se rend compte qu'il est bien difficile de se forger une conviction dans un sens ou dans un autre.

    Connaissant la complexité de cette affaire, je suis étonnée que tant de gens puissent être convaincus de la culpabilité comme de l'innocence.
    Au bout de tellement d'années, je suis personnellement toujours incapable de me forger une conviction.

    Je suis cependant en mesure de rectifier une erreur dans votre post.
    Lorsque vous dites :

    "sang de groupe sanguin identique à celui de la fillette, et il a été établi que ce sang n'était pas celui de Ranucci"

    ce n'est tout simplement pas vrai. Les analyses réalisées sur le pantalon et sur le couteau ont seulement pu établir le groupe sanguin, effectivement identique pour Ranucci et pour l'enfant (ce qui, entre parenthèses, n'a rien d'exceptionnel, le groupe A + étant extrêmement répandu).

    J'ai longtemps pensé que le niveau des connaissances scientifiques de l'époque ne permettait pas d'aller au-delà de l'identification du groupe sanguin. Je sais à présent que ce n'est pas vrai : même à l'époque, il aurait été possible de déterminer le rhésus. Mais cela n'a pas été fait, comme bien d'autres choses n'ont pas été faites dans cette affaire.

    D'une manière générale, que l'on croit à la culpabilité ou à l'innocence, force est de constater, si on étudie l'affaire en profondeur, que l'enquête, l'instruction et le procès ont été menés de manière lamentable.
    Uniquement à charge pour commencer. Et avec des négligences et des incompétences incroyables.

    Si Ranucci est coupable, je dirais que c'est "par hasard" en quelque sorte, car, de la manière dont cette affaire a été traitée, un innocent qui aurait eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvait moment aurait de la même façon été déclaré coupable.

    Posté par , 21 juin 2008 à 16:38
  • Réponse à Jean :

    Votre post concernant Monsieur Rambla m'a profondément choquée.

    Quelle que soit votre opinion sur son livre, ses opinions, sa personnalité, je trouve assez abject de parler de cet homme avec des mots aussi moches, aussi vulgaires, aussi bas.
    Vous vous salissez vous-même en faisant preuve d'une attitude aussi peu honorable.

    Je ne pense pas que vous apprécieriez que l'on parle de vous en ces termes.

    Et vous l'apprécieriez d'autant moins si vous étiez, comme Monsieur Rambla, comme beaucoup de gens, comme vous le serez vous aussi un jour, vieux, malade, usé, malheureux.

    Posté par , 21 juin 2008 à 16:49
  • Inversion répugnante

    mais oui, bien sûr, l'assassin est en fait innocent, et la victime est en fait coupable...

    On connaît cette répugnante inversion des faits à laquelle ont recours les individus dénués de toute morale.

    Posté par , 22 juin 2008 à 17:15
  • Réponce à Malve

    Au sujet de votre réponce, Malve : les gens pourraient parler de moi en ces termes que je m'en fouttrait royalement, je ne suis pas sur ce monde pour plaire aux gens, juste pour vivre ma vie. Je ne me salis pas moi-même puisque je ne fais aucun cas de moi ou de quiconque.
    Cependant, ça parait juste que papy Rambla puisse s'exprimer comme il le veux quand il le veux car il a la casquette de "père de la victime" mais désque la mère de Ranucci s'exprime ou tente de la faire, ça choque bobonne et la grande majorité des gens. Pourtant elle est elle aussi victime : si son fiston était coupable, elle est une de ses victime car il a du brisé grandement sa vie lorqu'il a commit son geste criminel. Si son fils était innocent, elle est victime de l'injustice : perdre un enfant n'est pas moins douloureux. Que son fils soit coupable ou non. Puisqu'aux dernières nouvelles, elle ne l'a pas aider à comettre les faits.
    Enfin, je le redis, on connait depuis trente piges le point de vue de papy Rambla, donc il a pas besoin de nous sortir un livre à chaque fois qu'il a envie de s'épancher.

    Pour le reste, je souhaite que l'âme de Richard Roman repose enfin en paix puisqu'on l'a sali de son vivant.

    Posté par , 14 août 2008 à 18:25
  • Personne ne peut affirmer que Ranucci est vraiment coupable. Monsieur RAMBLA est aveuglé certainement par son chagrin (ce qui est compréhensible). Cette affaire porte beaucoup trop de zones d'ombre. Et puis, n'oublieons pas, que si la peine de mort existait encore, il y aurait une possibilité qu Mr et Mme Rambla accompagne leur fils sur l'echaffaud.... Paix à Marie Dolores......et par ce GROS doute....paix egalement à Christian RANUCCI!!!

    Posté par , 01 septembre 2008 à 20:24
  • Réponces à tous

    Et sinon Papy Rambla, si usé, si victime, si chancelant, il a toujours pas écrit un li-livre pour expliquer le comportement hautement moral de son fils ?

    Posté par , 29 décembre 2008 à 21:18
  • http://affaire-ranucci.over-blog.com/
    Bonne journée

    Posté par , 13 juillet 2009 à 16:21
  • ATTENTION " no guilty "

    J'ai lu avec une attention particulière l'ouvrage de Gérard BOULADOU - AUTOPSIE D UNE IMPOSTURE - Toute la vérité sur le pull-over rouge.

    La vérité est au fond du puits....pour longtemps encore.

    Il y a sans nul doute contradiction entre le PV de gendarmerie d'AUBAGNE qui expose la découverte du corps de la victime M.DOLORES RAMBLA, le 5 JUIN 1974 à 15 h 45. ( page 27 )

    Et le télégramme officiel de la sureté urbaine de Marseille au préfet région provence cote d'azur cab. en date du 5 juin 1974 ( page 332 ) «  suite enlèvement de M.DOLORES RAMBLA la brigade de gendarmerie de GREASQUE vient de découvrir aujourd'hui à 14 h 00 le corps d'une enfant de sexe féminin correspondant par l'âge le signalement et les vêtements à la jeune disparue..... voiture PEUGEOT 204 ...N° 1369 SG 06 propriétaire nommé RANUCCI CHRISTIAN.... »

    Donc deux découvertes du corps !

    Autre faits troublants qui laissent profondément interrogateurs, il existe deux PV de découverte du couteau, un en date du 5 JUIN 1974 dressé par la brigade de gendarmerie de GREASQUE, ( page 159 ) un autre en date du 6 JUIN dressé par la brigade de gendarmerie d'AUBAGNE.( page 331)

    Donc deux découvertes du couteau !

    Enfin, la découverte du couteau sous 20 centimètres de fumier ou de tourbe, ou de terre ( c'est selon suivant l'auteur ) est fait à l'aide d'un appareil de détection électromagnétique, appelé plus techniquement DETECTEUR DE MINES, le dit appareil n'ayant pas à priori, du moins pour les modèles de cette époque, la possibilité de détecter des métaux à une telle profondeur.

    Pour cause les mines ne sont jamais enterrées à une telle profondeur, à défaut d'être inefficaces.

    Il y a bien d'autres contradictions, le lecteur se fera sa propre impression, sans oublier de lire l'ouvrage de Maître J.F. LEFORSONNEY – avocat de RANUCCI – pour se faire une idée objective.

    En tout état de cause, a défaut de vérité, cet ouvrage pose plus questions nouvelles qu'il n'apporte de certitudes.

    Je ne sais pas si RANUCCI est coupable – Je ne sais pas si RANUCCI est innocent.

    SOCRATE ( juriste )

    Posté par , 11 février 2010 à 07:47

Poster un commentaire