Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

24 mars 2008

Hitler m'a dit

41RH22JTEELLa lecture du livre d’Hermann Rauschning  « Hitler m’a dit »  permet de mieux comprendre la véritable nature du nazisme.  Je cite donc dans ce qui suit des parties de son livre, les guillemets correspondants à des  commentaires de Rauschning lui-même ou à des propos tenus par Hitler, et enfin à une définition de Wikipedia.

Une doctrine d’extrême gauche

La première impression à cette lecture doit conduire le néophyte à remettre en cause la classification politique de la doctrine hitlérienne.

En effet, le nazisme est habituellement présenté comme une doctrine d’extrême droite.

On peut cependant se demander ce qu’extrême droite signifie véritablement puisque le nazisme est un communisme achevé dont l’objectif est la création d’une fourmilière humaine. Si la droite justifie les libertés individuelles et la loi du marché, alors le nazisme ne peut se classer à l’extrême droite mais à l’extrême gauche, dans la mesure où cette nauséabonde idéologie prétend selon les termes d’Hitler « libérer des exigences d’une liberté individuelle que très peu d’hommes sont capables de supporter ».

Le capitalisme, création des Juifs

Il en découle logiquement que le libéralisme est la doctrine la plus haït du Führer ainsi que le déclare Eduard Heimann, socialiste chrétien. Hitler considère que ce sont les Juifs qui l’ont répandu pour ébranler des empires et s’enrichir : « Rappelez-vous que c'est le Juif qui a inventé cette économie du mouvement perpétuel des capitaux et de leur entassement qu'on appelle le Capitalisme, cette création géniale d'un mécanisme à la fois si raffiné et si parfaitement simple et automatique. Ne nous y trompons pas, c'est une trouvaille géniale, diaboliquement géniale. L'économie moderne est une création des Juifs. Elle est entièrement et exclusivement dominée par eux. C'est leur empire universel, qu'ils ont étendu sur tous les royaumes et tous les rois du monde. Mais à présent, ils nous trouvent en face d'eux avec notre conception de la révolution éternelle ; nous sommes les rivaux intolérables qu'ils doivent détruire sous peine d'être détruits. »

Sa « révolution éternelle » est substantiellement antilibérale car les Juifs avec leur libéralisme ont contaminé l’esprit des Allemands, il s’agit donc là de la pensée dominante à extirper : «  Nous devons secouer définitivement la coquille d'un libéralisme dans lequel nous sommes nés, et que nous portons encore inconsciemment collé à nos épaules. C'est chose difficile pour beaucoup d'entre nous. Car nous avons ramassé nos idées, au long de notre expérience, à toutes les broussailles du chemin et la plupart du temps nous n'en discernons plus l'origine. »

Il est étonnant que l’on trouve aujourd’hui tant d’auteurs pour dire cela que ce soit dans les manuels de nos écoles ou dans nos media.

Ce qui choque Hitler dans le libéralisme c’est aussi bien le capitalisme en tant que conséquences, que la liberté individuelle et l’égalité en droit dans ses principes : « Il ne peut y avoir un droit égal pour tous. Nous aurons le courage de faire de ceci non seulement la maxime de notre conduite, mais encore de nous y conformer. »

Et donc la liberté d’entreprise appartenant à chacun, le droit égal à s’enrichir s’oppose à une hiérarchie naturelle basée sur le sang : « la conception démocratique d'une hiérarchie basée sur l'argent n'est pas une moindre folie. Une véritable domination ne peut naître des bénéfices hasardeux réalisés par la spéculation des gens d'affaires. »

Hitler, réalisateur du marxisme

L’autre folie évoquée par Hitler est la société sans classes des marxistes, car au contraire il entend intensifier ces inégalités pour « et d'en faire une loi protégée par des barrières infranchissables comme dans les grandes civilisations des temps antiques. » Il a cependant compris que le programme communiste tient aussi d’une publicité mensongère, et admire le tour de passe-passe de l’aristocratie communiste qui a su, elle, bâtir de telles barrières entre elle et la masse.

Effectivement Hitler admire la transformation à l’œuvre en URSS, la sauvagerie de la Nomenklatura et les méthodes des bolchéviques le fascinent.

Plus encore il s’annonce comme le réalisateur du marxisme : « Je ne suis pas seulement le vainqueur du marxisme. Si l'on dépouille cette doctrine de son dogmatisme judéo-talmudique, pour n'en garder que le but final, ce qu'elle contient de vues correctes et justes, on peut dire aussi que j'en suis le réalisateur…  Le national-socialisme est ce que le marxisme aurait pu être s'il s'était libéré des entraves stupides et artificielles d'un soi-disant ordre démocratique.»

Une bolchévisation de l’Allemagne

Avant même la signature du pacte Germano-Soviétique des contacts existaient entre Nazis et Soviets. Les chefs du parti national-socialiste dont Goebbels lui-même « avaient reconnu dès les premières années de la lutte pour le pouvoir, une étroite parenté entre le national-socialisme et le bolchevisme; ils en avaient fait état, en s'en félicitant, dans des déclarations publiques ; ils avaient plus tard maintenu leur opinion et l'avaient propagée plus ou moins discrètement. »

Certains milieux conservateurs qui avaient soutenus et financés Hitler eurent peur d’avoir misé sur le mauvais cheval. En 1934 ils pensaient à se débarrasser de lui mais craignaient la guerre civile qui risquait d’en être le résultat d’autant que « les ouvriers à peine sortis des organisations marxistes, la masse de la petite classe moyenne, des employés et gagne-petit de toutes sortes étaient, au contraire, totalement acquis au national-socialisme. »

Et lorsqu’un interlocuteur d’Hitler s’inquiétait de la bolchévisation de l’Allemagne, Hitler répondait : « Ce n'est pas l'Allemagne qui sera bolchevisée, c'est le bolchevisme qui deviendra une sorte de national socialisme. D'ailleurs, il existe entre nous et les bolchevistes plus de points communs que de divergences, et tout d'abord le véritable esprit révolutionnaire, que l'on trouve en Russie comme chez nous, partout du moins où les marxistes juifs ne mènent pas le jeu. J'ai toujours tenu compte de cette vérité et c'est pourquoi j'ai donné l'ordre d'accepter immédiatement dans le parti tous les ex-communistes. Les petits bourgeois social-démocrates et les bonzes des

syndicats ne pourront jamais devenir de véritables nationaux-socialistes ; les communistes toujours. »

Il rajoutait : « Peut-être aurait-il mieux valu pour l'Allemagne qu'on pu éviter une rupture entre les marxistes et nous. Croyez-le bien, il fallait peu de chose pour débarrasser les ouvriers allemands de leurs idées fausses, pour les décider à jeter au ruisseau la défroque démocratique. Mais c'est à nous que la Providence avait réservé de faire ce pas décisif, qui change l'histoire du monde. »"

Deuxième révolution ou révolution permanente, deux stratégies pour un même objectif

Si les SA de Roehm furent liquidés en 1934 lors de la nuit des Long Couteaux, il ne s’agissait pas là d’un simple règlement de compte entre l’aile gauche et l’aile droite (si ces termes ont un sens) du parti national-socialiste, mais de rivalités pour le contrôle du parti, ainsi que de stratégies divergentes.

Du côté de l’aile gauche certains s’exprimaient ainsi : "Hitler mort servirait mieux le mouvement qu'Hitler vivant", "À la porte le pantin", ils réclamaient une deuxième révolution pour installer pour de bon le socialisme. Mais telle n’était pas la stratégie d’Hitler, Rauschning l’explique d’ailleurs clairement : « Hitler ne songeait pas un instant à faire comme en Russie, à détruire homme par homme la classe des possédants. Ce qu'il voulait c'était les contraindre à collaborer de tous leurs moyens à la construction de la nouvelle économie. Il ne pouvait pas se permettre de laisser l'Allemagne végéter pendant des années, comme la Russie soviétique, dans le besoin et dans la famine. Les capitalistes d'après-guerre devaient s'estimer heureux d'avoir la vie sauve. On les tiendrait en haleine, on les mâterait, par la crainte d'un pire danger. » Hitler comme son rival du parti Gregor Strasser partageait donc bien « la passion anti-capitaliste du peuple allemand ».

Mais le marxisme à la sauce nazie ne s’embarrasse pas de fatras idéologiques, Hitler ne recherche pas l’amélioration de situations individuelles, même s’il prétend le contraire pour ne pas perdre l’adhésion des masses. Il ne révèle ses desseins qu’à ses proches : « Je vous demande d'emporter avec vous la conviction que le socialisme, tel que nous le comprenons, vise non pas au bonheur des individus, mais à la grandeur et à l'avenir de la nation toute entière. C'est un socialisme héroïque. C'est le lien d'une fraternité d'armes qui n'enrichit personne et met tout en commun. »   

Ainsi en décevant tous les espoirs individuels , le nazisme ressemble terriblement dans sa vocation même aux pires cauchemars totalitaire réalisés par Pol Pot, Staline, Mao, Castro,

Pour autant le nazisme ne renonce pas aux artifices et doit cacher ses plans à un peuple encore trop contaminé par le libéralisme  : « La révolution n'est pas un spectacle pour le divertissement des masses. La révolution, c'est un dur labeur. La masse ne voit que les étapes parcourues. Mais elle ne connaît pas, et elle n'a pas non plus à connaître quelle somme de travail secret il faut fournir, avant de pouvoir faire un nouveau bond en avant. La révolution n'est pas achevée, elle ne peut jamais être achevée. …Aux yeux du public, j'ai mis fin à la révolution. Mais nous la transportons à l'intérieur de nous-mêmes. Nous gardons notre haine bien au frais dans la glacière et nous pensons au jour où nous jetterons bas le masque pour apparaître enfin tels que nous sommes et que nous resterons toujours. Je ne puis encore vous dévoiler tous mes plans. »

Le volontarisme économique nazi : une synthèse keynésiano-marxiste avant la lettre

Pas plus que les marxistes il ne cherche à comprendre les mécanismes de l’économie. Il a horreur de ce sur quoi le volontarisme humain n’a pas de prise, pour lui tout est simple et découle d’un logique keynésienne d’avant Keynes.

Ainsi face au chômage Hitler veut l’autarcie : « ce qu'il faut, c'est établir un circuit  économique fermé, de façon que notre force économique n'aille pas se saigner à l'étranger » couplée à une politique de relance par les dépenses publiques : « je pourrai obtenir le succès aussi bien par le réarmement que par la construction de maisons ou de cités ouvrières », mais aussi à une politique de redistribution destinée à dopé la demande : « je pourrai peut-être aussi distribuer aux chômeurs suffisamment d'argent pour satisfaire leurs besoins urgents. De cette façon, je créerai un pouvoir d'achat et j'augmenterai le mouvement d'affaires. ».

Les discours des pseudo économistes anti-libéraux ne disent aujourd’hui rien d’autre que cela, les manuels d’économie théorisent cette vision simpliste en parlant de l’efficacité des multiplicateurs keynésiens et des vertus des politiques contracycliques.

La présentation des politiques keynésiennes sur Wikipedia démontre d’ailleurs qu’on aurait pu aussi bien parler de politiques hitlériennes : « Ainsi, durant une période de conjoncture économique mauvaise, notamment de récession économique, l'État peut mener une politique de relance, politique keynésienne, qui passe par une politique budgétaire expansionniste, c'est-à-dire l'augmentation de ses dépenses. C'est ce que l'on appelle, au sens de Keynes, le "multiplicateur d'investissement", qui consiste donc pour l'État, à augmenter ses dépenses dites "investissements autonomes" afin d'injecter des revenus dans l'économie, pour augmenter la demande. Par exemple, lors de la construction de logement sociaux, l'État injecte des revenus dans l'économie lorsqu'il payent les ouvriers, et ces revenus distribués vont permettre d'augmenter la demande de consommation, qui doit se traduire par une augmentation de la production des entreprises, et donc par l'augmentation de l'emploi. »

Le détail et les mérites de telles politiques sera largement expliqué par des théoriciens modernes de la régulation, lesquels font la promotion de la relance keynésienne sans partager le souci de Keynes qui était de sauver le capitalisme. Hitler n’a pas plu n’avait pas ce souci.

Si les économistes nazis étaient alors, comme le rappelle Hermann Rauschning, la risée des économistes professionnels ; ils sont aujourd’hui considérés avec sérieux, peuplant nos plateaux télévisions et les tribunes du Monde Diplomatique pour dénoncer l’odieuse déréglementation néolibérale et la mondialisation qui ouvre nos frontières aux marchandises et aux capitaux apatrides.

Le (néo)libéral critiquera toujours les effets pervers d’une relance par l’inflation qu’elle génère et donc la perte de pouvoir d’achat qui neutralise la relance tout en laminant la compétitivité. Hitler lui répondrait que ces effets pervers sont l’œuvre de la déréglementation et que l’inflation peut être réglée si l’on élimine les spéculateurs, tout en ajoutant : « Il se produit de l'inflation si on le veut. L'inflation n'est qu'un manque de discipline : indiscipline des acheteurs et indiscipline des vendeurs. Je veillerai à ce que les prix restent stables. Pour cela, j'ai mes S. A. Malheur à celui qui oserait augmenter ses prix. Il n'y aura pas besoin de textes législatifs. Le parti s'en chargera. Vous verrez, quand nos S. A. iront faire respecter les prix dans les magasins. Ils n'auront pas besoin d'y aller deux fois. »

Pire que la communisation des choses, la communisation des âmes

Nul besoin de nationaliser outre mesure donc, et plus subtil pas de réglementations à outrance quand l’État de droit n’existe plus. Il suffit d’instaurer un nouvel ordre économique et un nouvel ordre social, ce qu’Hitler explique avec un sens aigu du cynisme : "Le parti joue le rôle de la société d'autrefois, voilà ce que j'ai voulu vous expliquer. Le parti embrasse tout. Il règle l'existence dans tous les sens et dans tous les domaines. Nous devons donc prévoir des cadres dans lesquels s'insérera la vie entière de chaque individu. Tous ses gestes et tous ses besoins doivent être réglés et satisfaits par la communauté, dont le parti est l'expression. Il n'y a plus de libre arbitre, plus de lacunes, plus d'isolement; l'individu ne s'appartient plus. C'est cela qui est le socialisme et non pas l'organisation de choses secondaires comme la question de la propriété privée ou celle des moyens de production. A quoi ces questions riment-elles quand j'ai soumis les individus à une discipline rigide dont ils ne peuvent s'échapper ? Qu'ils possèdent donc tout le sol et toutes les maisons et toutes les fabriques qu'ils voudront. Le point important est que, propriétaires ou ouvriers, ils soient eux-mêmes la propriété de l'État. »

Plus fort que le communisme des choses, le communisme intégral des âmes, un rêve altermondialiste quoi !

Pour acquérir cette oeuvre roborative :

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2012792391/chatborgne-21

Xavier Collet

Posté par chatborgne à 22:18 - Livres Histoire - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Il n'y a pas de «nalis»

    «Nazi» est l'abréviation de «national-SOCIALISTE». Par contre, on n'a jamais entendu parler de «nali», pour «national-libéral».

    Tout est dit.

    Posté par , 27 mars 2008 à 14:20
  • Il n'y a pas de «nalis»

    «Nazi» est l'abréviation de «national-SOCIALISTE». Par contre, on n'a jamais entendu parler de «nali», pour «national-libéral».

    Tout est dit.

    Posté par , 27 mars 2008 à 18:14
  • beau travail

    un commentaire simple d'un promeneur : bravo
    pour cette analyse fouillée, c'est du travail
    mais cela vaut la peine.

    Posté par , 22 avril 2008 à 22:42
  • Merci pour les compliments

    oui, car je les donne à lire à ma femme pour lui rabattre un peu le caquet quand elle me dit : "c'est fini d'être affalé sur le fauteuil à écrire tes histoires, viens faire bouffer les gosses et sors les poubelles jaunes !"

    Posté par , 26 avril 2008 à 19:43
  • Il est urgent et c'est un euphémisme, de dire ce qui ce passe dans les coulisses de votre petit
    monde. Il est pressant de dire que votre "Histoire" emprunte souvent des portes dérobées. Il est plus que
    nécessaire à présent, de dire comment une poignée d'homme se passant le flambeau de
    génération en génération se joue de la vérité et du monde tout en prétendant sans rire, qu'il
    veille à la vérité.Ce ne sont que Manipulations, tromperies, conspirations et mensonges ne sont là que des outils dans des mains expertes.Mais qui en est le maitre d'oeuvre?Oui je me refuse d'accepter sans rien dire, de baisser les bras et de détourner la tête de cette manipulation,du mensonge de ces individus se réclamant du libéralisme.

    Posté par , 12 janvier 2009 à 12:21

Poster un commentaire