Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

07 décembre 2009

La Réconciliation impossible, ou le dialogue entre deux France...

Couv reconciliation

Franck Abed est le président fondateur du mouvement "Réconciliation Nationale", et l'animateur du site Web catholique traditionaliste Génération FA8 ; il a fait également partie de ces petits candidats indépendants qui souhaitaient se présenter aux élections présidentielles de 2007. Publié tout récemment aux éditions Godefroy de Bouillon, La Réconciliation impossible est son premier ouvrage.

Paris, sous le Consulat, en 1802 : dans une même pièce, deux hommes conversent. "Le Bleu", républicain pur sucre, disciple affirmé de Maximilien Robespierre. "Le Blanc", serviteur fidèle de la Royauté, se présentant comme un sujet de Sa Majesté Louis XVIII (p. 7; le comte de Provence se fait appeler ainsi depuis la mort de Louis XVII au Temple en 1795, même s'il ne montera effectivement sur le trône qu'en 1814). A travers cette joute verbale, ce sont deux légitimités qui s'affrontent au fil des pages : l'une fondée sur un système politique multiséculaire et un ordre naturel, l'autre sur les "idées nouvelles", qui estime que du passé monarchique de la France, il faut faire "table rase" (p. 34).

Ce dialogue très vivant permet à l'auteur de rappeler quelques vérités, qui ne sont pas toujours faciles à entendre. Quand le Bleu vante les mérites des procès du Tribunal révolutionnaire, qui "deviendront des modèles pour obtenir des aveux" (p. 57), il est difficile de ne pas songer aux procès staliniens ; d'ailleurs une historienne communiste elle-même, Lily Marcou, a fait ce type de comparaison dans un entretien accordé à L'Humanité (édition du 5 mars 2003). Autre exemple : à son contradicteur qui estime que le peuple de France ne peut qu'être foncièrement républicain,  le Blanc rappelle que les armées des partisans de la Monarchie "furent essentiellement composées de sans-grades, de paysans, de bûcherons, de pauvres" (p. 72). Allusion évidente à l'Armée Catholique et Royale qui se souleva contre la République en mars 1793, dont nombre de combattants étaient de condition modeste.

Nous retrouvons également ici des approches des évènements controversés de la Révolution française, qui, bien sûr, sont bien différentes selon le point de vue d'où il s'exprime. Pour le républicain, Marie-Antoinette était une "espionne pour le compte de la Maison d'Autriche", pour le monarchiste, elle "ne fit que défendre les siens" (p. 28). Un débat qui n'est pas clos : aujourd'hui encore des historiens estiment que la reine s'est rendue coupable de trahison, et pour d'autres son comportement a surtout été un appel au secours. Là où le Blanc fustige un monde "où l'on coupe les têtes avec autant d'envie que de précipitation" (p. 9), le Bleu justifie les massacres perpétrés au nom de l'état de nécessité, des intérêts supérieurs de la République. Les victimes ? Des "ennemis du genre humain" (p. 10), et puis, de toute manière... "On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs" (p. 12). Une apologie de la violence "progressiste" qui a la vie dure, comment j'ai pu l'observer moi-même quand je travaillais sur mon dernier ouvrage.

Ce dialogue se déroule sur trois journées, entrecoupées d'interludes. Interludes qui nous rappellent à juste titre que, tandis que ces deux hommes s'affrontent avec brutalité et franchise, l'homme fort du moment, le Premier Consul, rêvait justement de réconcilier ces deux France, l'ancienne et la nouvelle, la monarchiste et la républicaine. L'homme qui disait vouloir "continuer Clovis et Robespierre" : Napoléon Bonaparte.

Voilà donc un petit roman bien écrit et d'une lecture agréable, qui intéressera certainement les amateurs d'histoire de France.

Frédéric Valandré.

PS : Dans un entretien accordé au journal Flash (3 décembre 2009, p. 13), Franck Abed espère que son roman donnera naissance à une pièce de théâtre. Je lui exprime tous mes voeux à ce sujet.

Pour se procurer le livre :

Site Web de La Réconciliation impossible.

En librairie : Primatice, 10, rue Primatice 75013 Paris  Tél : 01 42 17 00 48

Posté par chatborgne à 11:10 - Roman - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est un excellent livre que je vous conseille à tous.

    Vive le ROY

    Posté par , 20 décembre 2009 à 20:24
  • mise en scène

    ce roman historique ferait une excellente pièce de théâtre. Des projets sont-ils en cours en ce sens ?
    Original, un peu précieux, il devrait intéresser tout particulièrement une jeunesse rebutée par une "culture" moderne vide de sens.

    Posté par , 05 janvier 2010 à 08:33

Poster un commentaire