Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

11 avril 2009

Petite histoire d'un syndicat étudiant de droite

Durant mes douze années d'études en histoire, ce qui m'avait passablement agaçé, c'est la sinistre odeur de faisandé idéologique qui régnait à l'université : apologie du multiculturalisme, immigrationnisme, homophilie, et j'en passe... Chez pas mal d'étudiants bien sûr, mais aussi chez bon nombre d'enseignants, hélas !

Fort heureusement, il existe un syndicat qui, lui, ne joue pas les sirènes rotatives de ce prêt-à-penser : l'UNI (Union Nationale Interuniversitaire), dont je fus membre, et pour laquelle j'ai tracté il y a six ans de cela. Membre fondateur dudit syndicat et professeur émérite à la Sorbonne, Jacques Rougeot a décidé de "faire revivre l'aventure de l'UNI de l'intérieur [...] et faire ressortir certaines constantes remarquables qui aident à mieux préciser la nature même de [ce] mouvement" (p. 9-10).

Bien sûr, l'auteur  ne manque pas de rappeler les circonstances de l'apparition de l'UNI dans le climat explosif de la fin des années 1960 : en effet, le syndicat été crée le 12 février 1969 pour faire face à la chienlit gauchiste qui menaçait le monde universitaire, et ce, après consultation du général de Gaulle et avec le soutien de son bras droit Jacques Foccart (p. 26). Il rappelle aussi les grands principes du mouvement : primauté de la personne, liberté et responsabilité, cohésion sociale et nationale (p. 39-42).

Mais la partie la plus intéressante de ce petit livre est incontestablement la deuxième (p. 43-92), où Jacques Rougeot relate un certain nombre des grandes campagnes de l'UNI (lutte pour l'école libre, contre le communisme, le communautarisme, le PACS, etc.) en reproduisant plusieurs de leurs très belles affiches. J'avoue avoir un faible pour celle qui est reproduite page 65, qui représente un Che fantomatique aux doigts de squelette, intitulée "Stop ! Au fascisme rouge au Nicaragua". C'est sûr, cette illustration n'a pas dû plaire aux naïfs et autres irresponsables vénèrant cet assassin qui patauge dans le sang jusqu'au béret. Dans cette partie, l'auteur a également le mérite de rappeler le rôle de l'UNI dans la campagne de Jacques Chirac aux présidentielles de 1995, via la distribution de millions de pommes (p. 83-84). Je ne suis plus chiraquien depuis belle lurette, mais il était bon de rappeler que Les Guignols de l'Info ("Mangez des Pommes !") ne furent pas les seuls à contribuer à la victoire de l'ancien maire de Paris cette année-là.

Au final, UNI 40 ans de combat 40 affiches constitue une sympathique piqure de rappel pour ceux et celles qui ont été ou qui sont toujours membres du "syndicat étudiant de droite", et un bon moyen de le découvrir pour les lecteurs qui ne le connaissent pas. En revanche, je n'irai pas conseiller ce livre aux minables qui, dans ma fac, arrachaient les affiches et autocollants de l'UNI, qualifiaient le mouvement de pétainiste, traitaient Sarkozy de "facho" et comparaient Chirac à Hitler (véridique !). Laissons-les macérer dans leur fange idéologique, c'est là que se trouve leur place...

Pour se procurer le livre (10 euros + 1,5 euros de frais de port) : consulter le site de l'UNI.

Frédéric Valandré.

PS : A cette petite note de lecture, j'ajouterai que l'UNI a aussi eu une riche activité éditoriale, proposant de nombreux petits livres sur les différentes formes de subversion menaçant la France. C'est la maison d'édition du syndicat qui a notamment fait paraître en 1989 un livre du magistrat Raoul Béteille : Antijustice. Un essai qui m'a en partie inspiré pour la rédaction de mon livre Justice : mise en examen.

PS (bis) : à tous les lecteurs et lectrices du blog, un bon week-end de Pâques !   

Posté par chatborgne à 15:20 - Livre politique - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Non mais dites donc

    Mais la partie la plus intéressante de ce petit livre est incontestablement la deuxième (p. 43-92), où Jacques Rougeot relate un certain nombre des grandes campagnes de l'UNI (lutte pour l'école libre, contre le communisme, le communautarisme, le PACS, etc.) en reproduisant plusieurs de leurs très belles affiches.

    Ah, si seulement la droite s'était limité à faire de belles affiches, on serait pas dans cette merde là aujourd'hui

    J'avoue avoir un faible pour celle qui est reproduite page 65, qui représente un Che fantomatique aux doigts de squelette, intitulée "Stop ! Au fascisme rouge au Nicaragua". C'est sûr, cette illustration n'a pas dû plaire aux naïfs et autres irresponsables vénèrant cet assassin qui patauge dans le sang jusqu'au béret.

    Parce que Pétain, Papon, Touvier, Laval et toute la clique, ils n'avaient pas de sangs sur les mains eux, c'est normal, ils se contentaient de signer un bout de papier décisionnel en laissant à d'autre le soins de faire les basses besognes pour eux.

    Dans cette partie, l'auteur a également le mérite de rappeler le rôle de l'UNI dans la campagne de Jacques Chirac aux présidentielles de 1995, via la distribution de millions de pommes (p. 83-84).

    C'est vrai que militer pour un type qui une fois arriver au pouvoir arrive non seulement à dissoudre l'assemblée, mais aussi son propre parti, c'est un grand fait d'arme. 9a méritait d'être rappelé

    Je ne suis plus chiraquien depuis belle lurette,

    Le Peniste peut-être ? Ou Sarkosiste certainement ? Sarko, le type qui veut refaire de la france la fille ainée de l'église. Tiens, c'était le programme de Paul Touvier, ça. (Sans doute une victime des machinations politiques gauchistes le vieux Paulo, tant il est vrai que ce cher Touvier était un brave innocent là où Richard Roman était un infâme coupable.

    Au final, UNI 40 ans de combat 40 affiches constitue une sympathique piqure de rappel pour ceux et celles qui ont été ou qui sont toujours membres du "syndicat étudiant de droite", et un bon moyen de le découvrir pour les lecteurs qui ne le connaissent pas.

    Malheuresement, mon cher, la droite on ne la connait que trop, il suffit de voir le désastre qui secoue notre pays depuis que le nabot a été porté sur son thrône en carton pour voir le résultat de leur politique absurde.

    En revanche, je n'irai pas conseiller ce livre aux minables qui, dans ma fac, arrachaient les affiches et autocollants de l'UNI, qualifiaient le mouvement de pétainiste, traitaient Sarkozy de "facho"

    C'est d'être caché sur le net derrière votre écran qui vous donne la morgue et le courage d'être aussi méprisant envers ceux qui n'ont pas les mêmes idées que vous ? Je doute fortement que vous en ayez eut assez pour aller les empêcher de se livret à ses activités si "criminelles".

    et comparaient Chirac à Hitler (véridique !).

    Chirac étant un Homme de sexe masculin qui faisait de la politique, Hitler ayant été un Homme de sexe masculin qui faisait de la politique, on peut donc les comparer puisque c'est comparable. Alors qu'à contrario, on ne peut comparer le un homme et une vache sur le plan de la sexualité puisque ce n'est pas compararable. Exemple, Chirac, sans être un bon homme politique, était un homme politique bien moins con qu'Hitler qui était lui aussi un homme politique. Vous voyez, là c'est comparable.

    Laissons-les macérer dans leur fange idéologique, c'est là que se trouve leur place...

    Après tout pourquoi pas puisque vous même macérez dans votre fange idéologique d'extrême droite.

    Enfin, un discour tel que le votre ne m'étonne guère dans un monde où l'on ne peut même pas tapoter sa copine sur la joue par taquinerie sans perdre 4 ans derrière les barreaux en étant surveillé par les matons de la milice nationale.

    Vous transmettrez mes salutations à Paul Touvier cher ami. En attendant Septembre, un jour en France, soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien.

    PS : Nous revennons bientôt avec un nouvel album de Noir Désir, nous reprendrons quelques titres de J Halliday tel que : Les Portes du pénitentier, Oh Marie, Les Coups et Sang Pour Sang. Amicalement, Bertrand.

    Posté par , 13 mai 2009 à 21:21
  • 12 années d'étude en Histoire ???

    Posté par , 17 mai 2009 à 20:28

Poster un commentaire