Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

02 octobre 2008

Pour en finir avec une légende tenace...

Mesrine, ennemi public numéro 1 : Pour la rétablir la vérité

Jacques Mesrine était un Robin des Bois des temps modernes, une victime de la société, sommairement exécuté par la police le 2 novembre 1979 à la Porte de Clignancourt : voilà le genre d'âneries que certains rabachent depuis des années, au mépris de la vérité. Ancien inspecteur de police affecté au Groupe national d'intervention de l'Office central de répression du banditisme, et ayant à ce titre participé à la traque de "l'Ennemi public N°1", Jacques Nain a décidé à travers ce livre de "rétablir l'exactitude des faits qui ont conduit à la triste fin de Jacques Mesrine" (p. 7).

Bien sûr, l'auteur ne manque pas de nous rappeler le CV taché de sang de Mesrine, les nombreux crimes dans lesquels il fut impliqué, et de souligner que la seule anecdote qui a pu donner du crédit à la fable du Robin des Bois new look, c'est Mesrine offrant le champagne au commissaire Broussard et à ses hommes venus l'arrêter (p. 27) rue Vergniaud (Paris XIIIe), le 28 septembre 1973. Un peu léger pour bâtir une réputation de gentleman-braqueur... Un soi-disant gentleman, qui, par ailleurs, n'hésitait pas à battre sa compagne Sylvie JeanJacquot (voir son audition devant le commissaire Davos citée page 249-250). Quant à la profonde psychologie de ce triste sire, les extraits de l'interview accordée à Paris Match du 4 août 1978 (cités pages 47-49) sont plus que révélateurs. Apologie de meurtre ("et tant pis si malheureusement il y a des innocents derrière mes balles" dit-il) menace d'attentats terroristes (Mesrine fait directement référence aux Brigades rouges, à la Bande à Baader et aux terroristes palestiniens), et on en passe... Ce n'est pas pour être méchant, mais il faut vraiment avoir l'esprit tordu pour faire de cette crapule un bandit au grand coeur !

Mais l'ouvrage n'est pas à proprement parler une biographie du célèbre gangster. C'est avant tout un témoignage, la chronique policière d'une chasse à l'homme, rédigée dans un style vivant, alerte. Page après page, nous suivons Jacques Nain, ses collègues, et ses supérieurs hiérarchiques dans leur traque, marquée par les méfaits du "Grand Jacques" et de ses complices, tel l'enlèvement du milliardaire Henri Lelièvre (p. 101-138) ou la séance de tortures infligée au journaliste de Minute Jacques Tillier (p. 144-149)... jusqu'au 2 novembre 1979. Du récit de Jacques Nain, il ressort que les policiers n'avaient pas d'autre choix que d'abattre le gangster : celui-ci s'apprétait à dégainer deux armes de poing et à dégoupiller deux grenades (p. 236). En clair, c'est un carnage qui a été évité ce jour-là, et si la thèse de la légitime défense a été retenue par la Justice, ce n'est pas sans raisons.

Bref, ce témoignage d'un ancien officier de police judiciaire mérite d'être lu, avant de découvrir les deux films consacrés au truand, L'instinct de mort et L'ennemi public N° 1 (sortie les 22 octobre et 19 novembre 2008). Jacques Nain craint que ces deux films ne soient à la gloire du personnage. Pour ma part, j'espère que Vincent Cassel interprétera Mesrine tel qu'il était, car ce comédien est très doué pour jouer les canailles et autres psychopathes (voir ses prestations dans Le Pacte des Loups ou Sheitan). Réponse dans trois semaines !

Frédéric Valandré.

Acheter avec Amazon.

Consulter également le site de Jacques Nain.

Posté par chatborgne à 11:21 - affaires judiciaires - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Bravo

    Bravo pour votre article. j'ai lu "Mesrine, ennemi public n°1"; c'est un excellent livre qui nous rappelle en effet la triste réalité, à savoir que Mesrine n'était pas un Robin des Bois mais un triste malfrat, voleur, tueur, hableur.

    Posté par , 02 octobre 2008 à 15:46

Poster un commentaire