Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

09 février 2008

Death Sentence de James Wan, morale à coups de marteau

death_sentenceVu dans l'avion le film Death Sentence de James Wan, sortie française 16 janvier 2008.

Bien loin de l'esprit du film "Un justicier dans la ville" de Michael Winner avec Charles Branson,
l'autojustice est présentée ici comme étant la pire des solutions, l'action d'un esprit égaré et fanatique.

J'ai peut-être été victime du décalage horaire, mais j'ai eu l'impression d'etre gavé de messages politiques tous aussi lourdingues les uns que les autres en visionnant cette oeuvre.

En résumé :
Le fils d'un cadre important d'une compagnie d'assurances se fait égorger par un gang cherchant une victime au hasard
(comme une hôtesse de l'air un 11 septembre en somme).
Le père, un américain propre sur lui interprété par Kevin Bacon, décide de se venger. Il va buter les membres du gang "à l'ancienne", avec couteau + tabassage préalable (Comme l'armée américaine qui débarque et bombarde des pays style Irak et Afghanistan, ouvre des centres d'interrogatoires secrets, etc...).

Résultat : les terroristes qui sont très méchants vont à leur tour se venger.

[Spoiler]

La police met pourtant en garde le père :

- "Police : Si vous démarrez une guerre vous ne savez pas où ça s'arrête.
- Père : Ouais, mais ils ont tué mon fils quand même.
- Police : Dans une guerre les deux parties pensent avoir raison c'est pour ça que ça ne s'arrête jamais"

Le père s'entête, donc c'est le carnage, le gang bute la femme et le fils du gars, le gars se venge à son tour... etc.
A la fin le père se rase la tête à l'instar des membres du gang, le chef des méchants lui faisant alors subtilement remarquer, au cas où le spectateur soit vraiment trop con pour comprendre le visuel : "tu t'es vu ? tu deviens l'un des nôtres" ( "Bonjour je suis scénariste, auriez-vous un peu de subtilité s'il vous plaît je suis cruellement en manque").

Là je donne une interprétation post-11 septembre du film, mais on peut le voir aussi comme un film sur le pré-11 septembre :
les USA sont méchants avec les terroristes-arabes-musulmans, ils se vengent le 11 septembre (butage de la famille du père), les Américains se revengent avec la guerre contre le terrorisme, etc ... c'est le chaos et tout le monde en prend plein la tronche (Irak).

Pour finir, je pose la question : qu'est censée représenter la police dans cette pesante métaphore ?  L'ONU ?! ... Débile ... risible ... passez votre chemin.

Le Chat Tigré.

PS : pour la bonne bouche, blog d'un mec incapable de comprendre un film pourtant aussi clair : il voudrait sans doute que le réalisateur écrive en gros sur l'écran "Les Américains sont méchants et stupides, à bas l'impérialisme et vivre les peuples opprimés "

Posté par chatborgne à 08:58 - Cinéma - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire