Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

01 décembre 2007

Cette fracture qui menace la France

Deux ans après la publication d'un copieux recueil de ses "chroniques d'une résistance", le célèbre "billetiste" du Figaro Ivan Rioufol nous revient avec un nouvel ouvrage. Son objectif : tirer la sonnette d'alarme sur ce qu'il appelle "la fracture identitaire".

Et en lisant sa prose, on perçoit bien quelles sont les causes de ladite fracture :

Une école qui a de plus en plus de mal à jouer son rôle : transmettre le savoir à nos chères têtes blondes (de moins en moins blondes d'ailleurs, si vous voyez ce que je veux dire). Quand j'apprend qu'il y a en France 30 % de mal-lisants à l'entrée en 6e, 40 % de mal-écrivants, et 35 % d'élèves ne sachant pas compter (p. 18), je me demande si les "sottisiers" de l'école, du collège, ou autres, que l'on trouve dans le rayon "humour" de nos librairies, ne sont pas encore en dessous de la vérité.

Une repentance "unilatérale" (p. 37) qui consiste à nous autoflageller à propos de tout et n'importe quoi : l'esclavage, la colonisation, etc. A juste titre, l'auteur pointe la responsabilité écrasante de Jacques Chirac dans ce domaine, et souligne : "Aucun autre pays n'accepterait, comme l'a fait la France, de se reconnaître injuste, méprisable, raciste." (p. 35)

Un discours bien-pensant qui nous serine que l'Islam est "une religion de paix et de tolérance". Certes, on veut bien admettre l'existence d'un fondamentalisme musulman, mais c'est pour le mettre aussitôt dans le même panier que les fondamentalismes juif et chrétien. Amalgame grossier selon Ivan Rioufol : on n'a "jamais vu un intégriste chrétien ou juif se faire filmer égorgeant un adversaire ou se faire exploser au milieu de civils" (p. 88). Par ailleurs, l'auteur brocarde l'attitude d'une Europe occidentale qui minaude devant un Orient arabo-musulman, cette fameuse alliance contre-nature qui peut conduire à ce que l'écrivain Bat Ye'or a appelé "l'Eurabia", soit un continent de culture hybride, arabo-européenne (p. 138).

L'apologie du multiculturalisme et du métissage, qui conduit à masquer l'existence de pensées et d'actes francophobes de certains "allogènes", et au mépris des valeurs traditionnelles de notre pays : difficile de garder son calme quand Ségolène Royal (la future ex-"maman de tous les Français", pour reprendre les termes d'un ami) semble reprendre à son compte la vision de la France de l'ineffable Diam's qui éructe (moi j'appelle pas ça chanter) son rejet de "la France éternelle" "qui fête le beaujolais" (p. 122). Le multiculturalisme amène également à la désinformation sur le problème des flux migratoires : Ivan Rioufol rappelle par exemple que l'immigration subsaharienne a augmenté de 45 % entre 1999 et 2005 (p. 81).

Alors que faire ? Le "billetiste" du Figaro propose plusieurs pistes : rejet du multiculturalisme, réaffirmation de l'identité française et européenne, et des principes de la laïcité, remplacement du droit du sol par un "droit de la volonté"; en clair, "demander allégeance à ceux qui veulent partager son destin [celui de la République]" (p. 185). Par ailleurs, Ivan Rioufol nous enjoint à soutenir les musulmans réformateurs (p. 151-166) et appelle à une "Union occidentale", soit un rapprochement de la France et de l'Europe avec les Etats-Unis (p. 189-200).

En dépit de petites erreurs de détail (Guy Moquet n'était pas résistant, page 16, et Roland n'a pas affronté les Sarrazins en 778 à Roncevaux, mais des basques, p. 85), La Fracture identitaire vaut largement le détour; l'ouvrage plaira à ceux et celles, qui, comme moi, savourent la prose de M. Rioufol tous les vendredis dans Le Figaro. Quant aux autres, ce sera l'occasion de découvrir la plume mordante d'"Ivan le Terrible". Pour terminer, je dirai que c'est un livre d'autant plus actuel quand on songe aux récents incidents lors du match France-Maroc et aux dernières violences urbaines qui ont touché le Val-d'Oise...

Frédéric Valandré.

PS : J'invite également nos lecteurs à consulter le compte-rendu de Michèle Tribalat sur ce même livre.

Acheter avec Amazon.fr.

Posté par chatborgne à 18:18 - Actualité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire