Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

22 décembre 2006

Seznec: innocent, forcément innocent ?

L'énigme SeznecLa Justice n'est pas seulement sourde, aveugle et folle, elle a également raté une occasion historique de reconnaître son erreur: c'est ce que répètent Denis Le Her-Seznec et bon nombre de chevaliers de la croisade antipénale depuis que la Cour de cassation a refusé de réhabiliter Guillaume Seznec le 14 décembre dernier. Mais si il est évident que notre justice n'est pas parfaite, doit-on affirmer ex-cathedra que celle-ci a commis une erreur en condamnant cet ancien maître de scierie de Morlaix pour le meurtre de son ami Pierre Quémeneur et pour faux en écriture privée, le 4 novembre 1924 ?

Sans parti-pris, le commissaire Guy Penaud a décidé de reprendre l'affaire à zéro, en ne s'appuyant que sur les élements tangibles, irréfutables, et non pas sur des arguments tout droits sortis d'un roman de gare. Fabrication de fausses promesses de vente à son bénéfice concernant le Traou-Nez, la propriété de Quémeneur à Plourivo - les expertises officielles "déterminent l'entière implication du condamné" (p. 160) - tentatives de surbornation de témoins (la lettre reproduite pages 189-190 est édifiante) pour se constituer un alibi : n'en déplaise à ceux et celles qui voient en Seznec une victime, ces éléments ne plaident guère en sa faveur. Méthodiquement, Guy Penaud réfute nombre d'"erreurs manifestes" et "appréciations erronées" (p. 232) de Denis Le Her-Seznec, le petit-fils du condamné, et démonte la thèse du complot policier monté par Pierre Bonny, qui était au centre de la demande de réhabilitation. Bonny n'était certes pas un ange, mais lors de l'enquête sur la disparition de Quémeneur en 1923, il n'était qu'un modeste inspecteur stagiaire (p. 264); par ailleurs, si il a bel et bien été chassé de la police le 10 janvier 1935 et a été l'objet de trois informations judiciaires, il n'a aucunement falsifié des preuves dans l'affaire Stavisky (p. 263). Enfin, contrairement à une légende tenace, Bonny n'a jamais avoué avoir monté un complot contre Seznec: il suffit de lire sa confession écrite remise à son avocat peu avant son exécution pour faits de collaboration en décembre 1944, à aucun moment il n' y est question de machination (p. 273). Hélas, à l'instar du petit-fils Seznec, nombre de médias préférent s'appuyer sur des témoignages de seconde main faisant état de supposés aveux de l'inspecteur, plutôt que de prendre en compte ce document.

Conclusion: "... la machination policière ne pouvant qu'être écartée, l'intervention d'un tiers assassin, faussaire et manipulateur, étant matiérellement impossible, il ne reste qu'un personnage dont la responsabilité ne peut objectivement être écartée." (p. 290). Bref, comme le disait Sherlock Holmes: "Lorsque vous aurez éliminé l'impossible, tout ce qu'il vous reste, même si c'est improbable, est forcément la vérité" La vérité, c'est que Seznec était bel et bien impliqué dans la disparition de Quémeneur, d'une manière ou d'une autre. J'ai dévoré le livre du commissaire Penaud en une nuit, sur mon lieu de travail (ma loge d'agent de surveillance) et je ne saurais trop vous conseiller la lecture de son excellente mise au point sur cette prétendue "Affaire Dreyfus bretonne". Un cadeau de Noël idéal pour les amateurs d'énigmes judiciaires.

Frédéric VALANDRE.

PS: consultez également le site de Marylise Lebranchu (ancien ministre de la Justice de Lionel Jospin, initiatrice en 2001 de la dernière demande de révision en faveur de Seznec), vous pourrez y constater que Bernez Rouz, Michel Keriel, Guy Penaud et moi-même sommes quelque peu vilipendés par certains "seznecistes"...

Acheter avec Amazon.fr

Posté par chatborgne à 12:54 - affaires judiciaires - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Roman ou ouvrage historique ?

    Difficile cette affaire Seznec. Mais cela ne justifie pas "tout et n'importe quoi". Que Bonny n'ait pas eu le rôle que l'on veut bien lui donner : soit (il suffit d'aller lire la presse de l'époque pour apprendre qu'il vient témoigner en troisième après Vidal et Cunat). Que Huzo (sur place en 192 ne se soit pas inquiété de recueillir de sérieux témoignages sur l'appel téléphonique reçu ou donné par Quéméneur : soit !
    Mais pour le reste, tout avait déjà été décortiqué minutieusement par Bernez Rouz. Donc, rien de neuf sous le soleil. Si, un forum sérieux, pas vraiment médiatisé, mais qui apporte des documents inédits : http://seznek.monespace.be/wordpress. Intéressant parce que dérangeant dans cette monomanie de pensée unique diffusée par les medias.

    Posté par , 14 juin 2010 à 09:00
  • On semble entrer dans une époque où l'innocence serait reconnue "à l'ancienneté".
    En tout cas c'était bien le but de la famille de Seznec.
    On a déjà vécu cela avec l'affaire Dreyfus.

    Posté par , 23 décembre 2006 à 16:30
  • reste la vérité

    Merci pour votre texte et votre résumé du bouquin de Penaud. C'est précis et clair.

    Posté par , 22 janvier 2007 à 15:38
  • DISPARUS DE MOURMELON

    Découvrez le site de cette affaire invraissemblable ou l'état Français fut condamné pour fautes lourdes le 26 Janvier 2005:

    www.disparusdemourmelon.org

    Site trés documenté,avec archives.

    Posté par , 31 janvier 2007 à 15:04
  • Où est le corps de Quémeneur et l'arme du crime?

    Posté par , 04 février 2007 à 12:58

Poster un commentaire