Le blog du chatborgne / blog de livres

Les livres qui font Miaou dans l'actualité. Beaucoup de politique, un peu d'islamisme, de la culture et surtout de la Liberté et des livres.

18 octobre 2006

Une autre vision de l'affaire Grégory

Le secret de la Vologne : L'affaire Grégory vue par la P.J.

La sortie du livre d'Etienne Sesmat sur l'affaire Villemin ne doit pas faire oublier qu'un autre ouvrage sur le même sujet est paru trois ans plus tôt: Le Secret de la Vologne, écrit par le second directeur d'enquête ayant travaillé sur l'enlèvement et l'assassinat du petit Grégory, le commissaire Jacques Corazzi, du SRPJ de Nancy. Le livre est présenté par son éditeur Gérard Louis, comme un récit chronologique des enquêtes successives rédigé à partir des "Souvenirs et notes personnelles, [de l'] analyse de la presse et [de] tous les documents officiels liés aux procès [relatifs à cette affaire]" (p. 9).

Particularité dudit ouvrage: il est écrit de façon plus ou moins romancée, un peu comme un polar des éditions Fleuve Noir, et comme certains articles du Nouveau Détective (je précise que je n'ai rien contre cet hebdomadaire, que je lis de temps à autre). Cela facilite la lecture, mais parfois on a du mal à distinguer les élements romancés de ceux qui ne le sont pas ! Ceci étant posé, le choix narratif de Jacques Corazzi est parfaitement compréhensible. Celui-ci ne peut présenter sa version de l'affaire ouvertement, sous la forme d'un plaidoyer pro domo ou d'un livre d'investigation: il risquerait des ennuis pour contestation de la chose jugée (arrêt de non-lieu du 3 février 1993). En effet, Jacques Corazzi est très sévère avec les premiers directeurs d'enquête - Etienne Sesmat en tête (qui, d'ailleurs, a écrit son livre en réaction à celui du commissaire) - et croit aujourd'hui encore en la culpabilité de Christine Villemin; les élements ayant amené à l'inculpation de la mère de Grégory sont bien sûr évoqués:

1/ Les expertises graphologiques la désignant comme "le corbeau" qui persécutait la famille Villemin depuis des années.2/ Les explications jugées peu convaincantes sur les factures téléphoniques. 3/ Les témoignages des collègues de Christine affirmant l'avoir vu poster une lettre en fin d'après-midi le jour du drame, lettre qui pourrait être celle de la revendication du crime. 4/ Les cordelettes retrouvées chez les Villemin présentées comme étant identiques à celles qui ont servi à ligoter le petit Grégory.

En dépit des réticences sur la forme du texte que j'évoquais plus haut, et du fait que, pour ma part, je crois en l'innocence de Christine Villemin, je pense que le livre du commissaire Corazzi mérite d'être lu, tout comme celui du colonel Sesmat. Peut-on esperer assister un jour à un débat contradictoire entre les deux "frères ennemis" (expression que j'emprunte à un chroniqueur judiciaire de France 2) de l'affaire Grégory? La brève conversation, plutôt tendue, entre les deux hommes lors du Salon du Livre de Nancy, qu'on a pu voir dans l'émission Complément d'enquête du 9 octobre dernier, laisse penser le contraire, même si on y entend à un moment l'ancien gendarme dire qu'il était prêt à débattre sur le sujet. Affaire à suivre!

Frédéric VALANDRE

PS: au cours d'un déjeuner à Paris avec un écrivain en novembre 2004, celui-ci m'a affirmé avoir reçu les confidences d'un gendarme: la mort de Grégory aurait été un accident domestique déguisé en assassinat. Certes, tout ceci n'est que ouïe-dire, mais cela confirme que la vérité judiciaire sur l'affaire Grégory ne plait pas à tout le monde...

Acheter avec Amazon

Posté par chatborgne à 17:37 - affaires judiciaires - Commentaires [60] - Permalien [#]

Commentaires

    Corazzi : un nom corse qui favorise un commissaire véreux...!

    Ce commissaire a falsifié des preuves afin de confondre en justice Christine Villemin, parce qu'il ne trouvait pas d'autres personnages a inculper...! Les hauts magistrats l'ont reconnu coupable de ses gestes et investigations véreuses...!
    Cela fait 24 ans que j'étudie et que j'analyse l'affaire Grégory...Je passe mes nuits à réfléchir et à démêler cette affaire remplie de véritables noeuds juridiques...

    Tous les détracteurs qui accusent Christine Villemin doivent réfléchir à une chose :
    Si Christine était l'investigatrice du meurtre de son fils, croyez-vous, qu'au bout de 3 ans à avoir harcelé tout le monde au téléphone, qu'elle se serait passé d'alibi solide concernant les 20 minutes de l'enlèvement...?? Il ne faut pas sortir de l'ENA pour penser à l'affirmatif...!! Ce meurtre s'il a été prémédité par Christine, comme veulent le faire croire si bien Jean-Michel Bezzina, journaliste décédé en 2001 (pour ceux qui s'interrogent dans un message un peu plus haut sur la mort de cet homme), Jacques Corazzi, commissaire véreux, et le juge Lambert, avec ses multiples fiascos de son dossier, aurait-elle "omis" son alibi le jour du crime...?
    Soyons raisonnable...

    Il est clair que Laroche a participé à l'enlèvement, pas au meurtre ; comme l'a dit le Procureur Général Ruyssen lors du procès de Jean-Marie Villemin : "Il existe de très lourdes charges sur Bernard Laroche quant à sa participation à l'enlèvement de Grégory"...Un point, c'est tout...!

    Voici ce qui "pèse" contre Bernard Laroche entre suspicion et jalousie et pourquoi Jean-Marie est devenu un assassin :

    1) Bien entendu, les accusations de Murielle, stipulant des détails croustillants quant au profil du pavillon et du centre de Lépanges (route barrée). Et j'en passe...
    2) La lettre avec des exemples d'insultes que l'on a retrouvée chez Laroche avec ces mentions "...pauvres cons que vous êtes tous..."
    3) La cassette que l'on a également retrouvée chez Laroche avec "Chef on a soif..." (appel anonyme)
    4) La longue-vue que possédait Laroche pour surveiller les époux Albert et Monique Villemin.
    5) Les contradictions de son ami Zonca.
    6) Laroche savait ou croyait qu'Albert Villemin soutirait de l'argent à son propre père.
    7) Laroche en voulait fortement aux Villemin de vouloir mettre Louisette et Chantal, sa fille, dans un asile...
    Il n'y a jamais eu d'ordre d'arrivée chez Louisette entre Bernard Laroche et Murielle Bolle le soir du 16 octobre à 17h20-25. En admettant que Murielle ait menti quant à l'enlèvement de Grégory, même sur ce détail ils n'étaient pas d'accord...Un fait troublant qui n'a jamais été élucidé...
    9) La pression de certains gendarmes et journalistes (Ker entre autres) envers Jean-Marie ("si on avait fait ça à mon fils je saurais quoi faire" )
    10) Les mystifications et falsifications de preuves de Corazzi (porte bien son nom corse celui-là !)
    11) La même marque d'insuline retrouvé chez Jeanine Bolle et celle que Monsieur Grandjean, garde-champêtre, découvrit près du Barba.
    12) Sonia Pierson, Claude Richard...Témoins ayant vu Murielle monter dans la voiture de Laroche à 17h à la sortie du lycée.
    13) Jean-Michel Galmiche, chauffeur du car scolaire, témoin de l'absence de Murielle dans ce même car.
    14) Bien sur, Claude Colin et Claudon ayant vu une voiture verte avec, à son volant et côté passager, un homme corpulent à moustaches et une jeune femme rousse.
    15) Les experts graphologues ayant accusé formellement Laroche dès les premières investigations.
    16) La forte complicité entre Laroche et Michel Villemin. Ce dernier étant l'informateur du premier.
    17) Les "essais" de séduction de Laroche envers Christine, Liliane et Ginette. Econduit, Laroche s'en fut bien honteux...
    1 La légère infirmité du fils Laroche alors que Grégory était en pleine santé.
    19) L'achat du salon de cuir et le prêt pour agrandir le garage.
    20) La visite de Michel et Ginette deux jours avant l'assassinat.
    21) Le deuxième portrait-robot ressemblant étrangement à Laroche.
    22) Les errances et fautes absolument grotesques et digne d'un débutant du juge Lambert.
    23) Le foulage avec les lettres L et B qu'a découvert le gendarme Klein...
    24) Le fait que Murielle savait faire les piqûres (déclarations de l'infirmière et de sa propre mère)
    25) La mère de Murielle était persuadée que Laroche avait participé à l'enlèvement.
    26) Toujours Jeanine Bolle, la mère de Murielle et Marie-Ange, qui disait avoir fait des pressions sur sa fille la veille de ses rétractations. (déclarations faîtes auprès de l'infirmière quelques temps avant sa mort)
    27) Le fait que Marie-Ange Laroche, le lendemain du meurtre de Grégory, va à une cabine téléphonique pour téléphoner aux gendarmes, alors qu'elle a le téléphone chez elle...
    2 L'engouement de cette même Marie-Ange, au départ de l'enquête et au cours du coup de fil mentionné ci-dessus, à vouloir faire accuser quelqu'un d'autre (les Hollard)

    Etc etc...

    Maintenant les cerveaux les plus fantasques trouveront eux-mêmes son ou ses complices...

    Je vous rappelle que Christine Villemin a bénéficié d'un non-lieu pour "absence totale charge", fait unique dans les annales de la justice française...!

    Je mettrai en ligne prochainement ce que j'ai écris sur l'affaire Grégory. J'attends l'accord de la famille Villemin...

    Une chose est sûre : Il faut que Grégory soit laver de cette eau qui l'a sali...avant 2011...!!

    Que la vérité lui soit rendue...sa vérité...!

    Posté par , 13 mars 2008 à 13:31
  • Réouverture du dossier !

    Voici une nouvelle absolument extraordinaire :

    La trés certaine réouverture du dossier se fera en automne prochain...! L'acharnement de ceux qui n'ont jamais laissé tomber l'affaire va être récompensé...! Le parquet de Dijon a enfin écouté nos plaintes...!!

    Posté par , 10 juillet 2008 à 00:17
  • Non coupable...forcément...non coupable !

    Pour ceux qui ont l'intime conviction que Christine est l'assassin de son fils, Je respecte votre "choix" d'intuition. Mais enfin...si vous assassiniez votre enfant, auriez le culot et la maladresse de demander la réouverture de votre propre condamnation à chaque fois que ce présente l'occasion ?? Vous appuiriez sur le couperet de votre propre guillotine..?? C'est une nouvelle règle de Justice d'aujourd'hui...?? Maintenant les assassins se livrent d'eux mêmes..??!! Quelle bonne nouvelle...Dans quelques temps la justice n'existera plus. Il y aura juste des prisons...ouvertes puisque les assassins iront d'eux mêmes !

    Allons donc...!! Je crois qu'il faut que vous rétablissiez la pesanteur dans laquelle vous vous trouvez pour retrouver au moins un pied sur terre...

    De plus...

    Ce meurtre s'il a été prémédité par Christine, aurait-elle "oublié" son alibi le jour du crime...?
    Je vous rappelle qu'elle n'en a pas...ou du moins, pas très solide...Alors ? Un meurtre de cet envergure se "réfléchit", se "dissèque", se "comprends" et enfin se "murit"...pour enfin accomplir l'acte criminel !
    Et là, après maint et maint mois de réflexion, la ou les, meurtriers ne pensent pas le moins du monde à un alibi...??!!

    C'est la blague de l'année ??

    Posté par , 14 décembre 2008 à 14:50
  • n'importe quoi

    Qui est ce Claude94 qui a une vue myope de l'affaire. Une valise d'erreurs, pas de logique et une idée fixe.

    Posté par , 16 février 2009 à 15:52
  • Mme Bezzina je vous en prie...

    Marie-France...Vous n'allez tout de même pas vous y mettre ici...?
    Arrêtez donc de polluer les forums et attendez les résultats des analyses...!
    Je ne vous cherche pas...faîtes-en autant S.V.P....

    Posté par , 23 février 2009 à 18:36
  • Madame Bezzina...

    Marie-France...

    Arrêtez donc vos sournoiseries et passez à autre chose s'il vous plaît...!

    Posté par , 24 février 2009 à 12:26
  • Comme d'habitude,les menteurs mentent sur tout...Les faits, les gens. Ils sont incapables de prouver que Bernard Laroche est coupable. Ils montent des hypothèses plus farfelues et grotesques les unes que les autres et traitent les autres de véreux.
    La vérité est gênante, bien sûr. Et le Corbeau ? Qu'est-ce qu'il pense de tout cela ?
    Tout cela n'a guère d'importance. Un jour, comme le dit Christine Villemin, la vérité éclatera... comme un boomerang.
    Tant pis, si je gêne tant que cela, ne me lisez pas.
    Au fait, le train des ouvrières était à 16H58 et non 17H02: corrigez votre erreur, Claude 94. Ce n'est pas parce que l'arrêt du 3 février 1993 fait l'impasse sur ce détail extrêmement important qu'il ne faut pas le souligner!
    Bonjour au Corbeau, en attendant, du fond de la caverne.

    Posté par , 05 mars 2009 à 21:33
  • Comme vous êtes incapable de prouver que C.V. est coupable...!
    Et pourtant cela fait 24 ans que vous cherchez !

    C'est long...
    Les assassins vous rigolent encore au nez très chère...!
    Et même si l'on pense que certains sont "véreux", pendant le procès de 1993, la cour leur a bel et bien balancé comme tel...!

    N'est-ce pas...?

    Posté par , 06 mars 2009 à 23:46
  • véreux et demi

    Le terme de véreux est à l'initiative d'un certain Claude. A véreux, véreux et demi.
    L'affaire Villemin est pour moi une sorte de "live thriller".
    Je ne cherche pas, je trouve.
    Il y a 25 ans, Bernard Laroche était exécuté, comme l'on sait, alors qu'il allait obtenir un non-lieu. Action publique éteinte pensaient les avocats de l'assassin. Pas du tout, erreur sur le fond. Curieusement, après l'inculpation de Christine Villemin, les mêmes avocats ont entamé une procédure pour inculpation tardive*, après avoir affirmé que le dossier était vide !!!! Je sais bien que les avocats font feu de tout bois.
    Mais pourquoi Me Garaud est-il l'objet d'une vindicte, encore aujourd'hui. Je dirai, parce qu'il avait tout compris. Que voulait dire cette phrase prononcée 3 semaines avant sa mort devant plusieurs personnes, liées à l'affaire Grégory: "Un avocat doit tout faire pour sauver son client".
    Je constate que le SRPJ de Nancy attendait le non-lieu de B.L pour l'interroger. Ce n'était pas possible autrement et c'était une question de jours. Notamment pour vérifier ses déclarations. Le cours de la justice a été rompu par l'assassinat opportun de B.L. Bien joué !!!!!
    Quant à Lacour, elle raconte ce qu'elle a envie d'entendre. En fait , elle se venge.
    Si l'arrêt du 3 février 1993 était si exceptionnel, pourquoi en est-on là aujourd'hui?
    Le juge Simon a montré les limites de sa compétence très rapidement. La chancellerie était furieuse, notamment à la direction des affaires criminelles, que le dossier n'avance pas.

    Posté par , 07 mars 2009 à 10:30
  • inculpation tardive*

    *Une inculpation tardive peut entraîner la nullité de toute une procédure s'il s'avère qu'il y avait suffisamment de charges bien avant la date de cette inculpation.

    Posté par , 07 mars 2009 à 10:37
  • Dixit Cromagnon :
    Que voulait dire cette phrase prononcée 3 semaines avant sa mort devant plusieurs personnes, liées à l'affaire Grégory: "Un avocat doit tout faire pour sauver son client".

    Et je rajoute :
    "Un policier doit tout faire pour faire inculper la personne de sa conviction" ! On voit le résultat...

    Et il n'y a pas qu'un certain "Claude" qui pense que le commissaire est véreux. La moitié de la France aussi...

    Posté par , 10 mars 2009 à 12:02
  • Vous avez trouvé ?

    Ah bon...!?

    Posté par , 10 mars 2009 à 12:04
  • Pression !!!!

    Pressions

    Les expertes (?) en écritures Berrichon-Seyden et Jacquin-Keller se sont plaintes par écrit des pressions des gendarmes.
    Le "découvreur" du foulage (?) était à l'époque
    aspirant gendarme (Doc judiciaire)qui se spécialisait dans le foulage. Qui a attribué une lettre à BL, mort ?. Qui a désigné récemment comme profanateur des sépultures du cimetière d'Herrlisheim un jeune parfaitement innocent et l'a conduit, de ce fait, en prison ?
    Murielle Bolle s'est plainte de pressions des gendarmes.
    Des camarades de classe de Murielle (et le père de l'une d'elle) se sont plaintes idem. Des gendarmes sont revenus les voir, avaient-elles vu Murielle dans le car ? forcément NON.
    Le commandant Chaillan, supérieur de Sesmat,a fait pression, en janvier 1985 sur un expert en écriture pour qu'il désigne BL...
    Madame Claudon s'est plainte de pression du président Jean-Paul Martin pour qu'elle reconnaisse qu'elle avait croisé BL alors qu'elle se trouvait dans la Golf de l'inénarrable C. Colin.
    Le témoignage de ce dernier en 1991 recueilli par l'adjudant Defix est tellement plein d'incohérences qu'il est lamentable que cela n'ait pas été relevé.
    Je peux continuer...Et je vais continuer.

    Posté par , 10 mars 2009 à 17:53
  • Précision

    Madame Claudon a toujours dit qu'elle n'avait pas croisé de voiture entre sa ferme et le chalet des Villemin.

    Ce que pense Claude ou quiconque, je m'en moque complétement et même plus.

    Posté par , 10 mars 2009 à 20:25
  • A vous lire TOUS les témoins ont été "pressés" par les gendarmes et même par un Président de Cour...! C'est fort et très grave !
    Par contre :
    1)le juge Lambert ne s'est jamais trompé !
    2)Murielle n'a jamais dit qu'il y avait des travaux sur une fameuse route !
    3)Elle n'a jamais été "contrainte" à se rétracter !
    4)Elle n'a jamais pleuré "beaucoup beaucoup" devant Louisette en disant qu'elle était bien avec Laroche le 16 au soir à Docelles !
    5)Sa mère n'a jamais douté de ses paroles !
    6)M.A.L. n'a jamais "veillé" le corps du petit alors qu'elle ne venait jamais chez les Villemin !
    7)Elle n'accusa personne lors d'un coup de fil anonyme aux gendarmes le lendemain du crime !
    Laroche s'est toujours défendu lors de son incarcération !
    9)Michel n'a jamais appelé son patron un quart d'heure après le coup de fil revendicateur, pour dire qu'il ne serait pas là à 21h, alors que jamais il ne prévenait lors de ses absences !
    10)Il n'a pas fait de garde à vue le soir même parce qu'il était dans un état hystérique !
    11)Il a tout de suite dit que le petit avait été mit dans la Vologne afin que les recherches soient faîtes en ce lieu immédiatement au lieu de faire fouiller les alentours !
    12)Ginette n'a jamais donné un seul coup de fil anonyme !
    13)D'ailleurs Ginette n'habitait même pas à côté des lieux où le corbeau sévissait !
    14)Elle adorait son mari !
    15)Le commissaire n'a jamais mis de cordelette dans le pavillon !
    16)Il ne signa aucun scellé à la "barbe" des témoins !
    17)Il ne s'est jamais fait "réprimandé" par la cour de Dijon !
    1Il n'a jamais été ami avec M.Bezzina !
    19)Encore moins avec sa femme !
    20)Et Grégory n'est même pas mort dîtes donc !!

    Et j'en passe...

    Et même plus...

    Posté par , 11 mars 2009 à 15:18
  • n'importe quoi

    Tout ce que vous pouvez dire n'est pas une preuve. Ce sont des constructions purement intellectuelles. Jean-Marie Villemin a reconnu avoir attaché un objet avec un morceau de cordelette identique à celle qui enserrait Grégory.
    Vous dérapez sur un certain nombre de vos allégations.
    Le train des ouvrières était à 16H58 et non 17H02!
    Vous savez fort bien que le gendarme B. a reconnu avoir guidé le stylo de Murielle Bolle.
    De toutes façons, BL ne peut matériellement s'être trouvé à l'heure prétendue au pied du chalet. Le juge Simon ne sait pas faire les additions. En fait, il n'est arrivé à rien. Sinon, on ne serait pas aujourd'hui, à essayer péniblement de trouver quelque chose contre BL.
    Dur, dur, de tuer une seconde fois BL !

    Posté par , 11 mars 2009 à 21:08
  • Pression !!!!

    Les pressions ? Mais , ce n'est pas un scoop! C'est connu depuis longtemps, PAR ECRIT donc INCONTESTABLE.

    Posté par , 11 mars 2009 à 21:10
  • Corbeau and co

    Pourquoi un ou des gendarmes de la brigade de Corcieux (Vosges) a/ont conseillé au couple Villemin de jouer au corbeau pour identifier le Corbeau. En l'occurrence, la victime était Roger Jacquel, le père de Liliane, elle-même victime. Qui était ce/ces gendarmes dont parle Christine Villemin dans un interrogatoire du Juge Simon. Ce dernier a-t-il éclairci es circonstances de ce drôle de conseil ?
    Pourquoi ce /ces gendarmes n'ont-ils pas procédé à des écoutes téléphoniques judiciaires, sur réquisition du parquet? D'ailleurs, le couple Villemin (C et JMV) avait-il porté plainte pour ces voies de fait, aggravées par des menaces ?

    Posté par , 12 mars 2009 à 12:28
  • corbeau and co suite

    suite
    Les gendarmes mis en cause par Christine Villemin ont-ils demandé au couple de leur dire à qui seraient donnés ces appels téléphoniques, en résumé, qui ils soupçonnaient ? Ceci a-t-il été consigné sur un document de la gendarmerie ? Le juge Simon a-t-il vérifié cette supposée étrange démarche de la gendarmerie ?

    Posté par , 12 mars 2009 à 13:14
  • correction

    lire, il soupçonnait, le couple

    Posté par , 12 mars 2009 à 17:47
  • corbeau and co suite

    Je rappelle que jouer au corbeau est condamnable. Donc, d'après CV, les gendarmes ont conseillé au couple d'utiliser une méthode passible du tribunal correctionnel.L'un des appels donnés par le couple concerne un faux accident survenu à la fille des Jacquel.

    Posté par , 12 mars 2009 à 17:54
  • Ce ne sont absolument des constructions intellectuelles ! Ce sont des faits avérés et reconnus ! Sinon je ne les dirait pas...Dans le doute je m'abstiens. Le problème est que vous n'avez aucune réponse à mes 20 objectivités...

    Le "conseil" des gendarmes : et alors ? Où voyez-vous un problème ? Même si les gendarmes ont conseillé aux Villemin de "jouer" les corbeaux, où est le soucis ? Cela fait-il de J.M.V. un suspect ? Non bien sur, Christine oui !

    Et c'est le gendarme B. qui signala qu'il y avait des travaux sur la route en question ?

    Les pressions ? Non...Non-lieu pour les gendarmes.
    M.B. n'en a-t-elle jamais reçu de la part de sa famille ? Non bien sur...Les voisins, alertés par les cris, ont juste entendu une fête de famille !

    B.L. ne pouvait, matériellement se trouver au pavillon entre 17h10 et 15 ? Vous roulez avec quoi ? un tricycle ?

    JMV dit lui-même avoir attaché un objet avec de la cordelette. Et alors...? Il y en avait partout de cette cordelette. Aux endroits que l'on connaît, plus ceux que l'on ne connait pas...! Georges J. en donnait à tout le monde. Bernard L. en avait aussi et pourtant...Tout le monde en avait, même Bernard N. qui en avait mis sur ses chaussures en guise de lacets ! Et le père A.V. Et Mme Billiet sur son tuyau d'arrosage. Et Mr. D.Martial... etc etc...

    Il est hors de question de tuer une seconde fois B.L. Il est juste question d'arrêter un assassin qui jouit d'une pleine liberté alors qu'il a tué un enfant.

    Vous y pensez parfois ? Ne me dîtes pas que vous y pensez tous les jours c'est faux !
    Ce qui ronge vos entrailles c'est de savoir C.V. en liberté...

    Ca aussi c'est une objectivité !

    Posté par , 13 mars 2009 à 00:05
  • n'importe quoi

    Je ne vais pas reprendre toutes vos extravagances.
    Justement, cette cordelette était rare. Les enquêteurs en ont trouvé dans le chalet des Villemin. DONC, IL Y AVAIT DANS LE CHALET DE LA CORDELETTE IDENTIQUE A CELLE QUI LIAIT GREGORY. C'EST ENNUYEUX!
    Seule de la cordelette identique se trouvait chez un parent Jacob (Mis hors de cause)
    La cordelette trouvée sur un arrosoir chez ME Billiet provenait du CHALET. L'objet avait été déposé là par Davide Martial qui avait déménagé ce chalet. Il avait trop de choses des Villemin chez lui.
    Albert Villemin et Gilbert ont toujours démenti avoir possédé une telle ficelle et aucune n'a été trouvée chez BL. Cessez de dire n'importe quoi.
    L'origine de cette ficelle, rare, provenait peut-être de Russie ? Cela reste un mystère.

    Posté par , 13 mars 2009 à 21:44
  • cordelette

    Les lacets des chaussures citées plus haut ont été faits avec de la cordelette trouvée dans le garage du chalet des Villemin.
    Davide Martial, meilleur ami des Villemin avait aidé à déménager le chalet des Villemin.
    Christine Villemin ? Mais je m'en moque complétement: je prends cette histoire comme un roman policier à la Mary Higgins Clark, en mieux, puisque le mot fin n'est pas écrit!
    Il est parfaitement clair même si la formulation actuelle est insidieuse que l'on veut tuer une seconde fois BL. S'il n'avait pas été assassiné avec une balle à sanglier...IL AURAIT PU ETRE INTERROGE.

    Posté par , 14 mars 2009 à 07:46
  • Alors pourquoi ne l'a-t-il pas été lors de ses 3 mois d'incarcération ? Pourquoi n'a-t-il pas été examiné par des psy ? Il y avait le temps pourtant ! Par contre C.V. l'a été 11 fois en 11 jours ! Sans rien ne déceler d'ailleurs...! Ce qui n'aurait certes pas été le cas pour B.L. ! C'est pour cela que l'on a "omis" de le faire !

    Pas folle les guêpes Lambert/Corazzi...!

    Posté par , 15 mars 2009 à 12:57
  • n'importe quoi

    Mais des procédures ont eu lieu pendant l'incarcération de BL, notamment des experts en écritures l'ont fait écrire à la prison Charles III de Nancy, en décembre 1984; BL voulait écrire, écrire, toujours écrire pour prouver son innocence. Personne ne pouvait lui rendre visite. Lors de la perquisition, chez lui, les gendarmes n'ont rien trouvé, pas de stylo à bille bleu, pas de bloc de papier, pas de cahier d'écolier ressemblant à celui du Corbeau. Ils ont découvert une longue vue cassée, et qui de toutes façons, ne permettait pas de voir la maison de Monique et Albert V.,depuis sa propre demeure, soi-dit en passant beaucoup plus cossue que le chalet des parents de Grégory. La cassette de " Chef,on a soif.. a été acquise ou donnée à BL après l'appel téléphonique anonyme décrit par les V. En outre,que je sache, ce n'est pas la même version de la chanson !!!!!!!!
    Que dire ? Les gendarmes n'ont fait aucune perquisition chez CV sur ordre de Sesmat.
    Il fallait trouver un coupable, ce fut Bernard Laroche. Roger Jacquel avait un alibi, une autre personne de la famille aussi, Jacky fut inquiété, sa femme, Liliane, détestée par le Corbeau, aussi.Tous furent mis hors de cause. Bernard Laroche fut le cinquième et tout ce qu'il a pu dire était vrai, y compris le témoignage de Zonca, que des enquêteurs se sont appliqués à mettre en doute. Le juge Simon a-t-il procédé à une reconstitution depuis la salle de classe de Murielle, un beau jour d'automne, ( trajet avec soleil à l'ouest) jusqu'au chalet de Lépanges ? NON. Courageux mais pas téméraire, ce magistrat !
    Il faudrait absolument que cela soit fait. Une bonne fois pour toute.Ce serait justice.
    Quant à Lambert et Corazzi, Corazzi n'a eu le dossier que le 20 février 1985.
    Je pense que dès la mi-novembre 1984, le Juge Lambert avait des doutes sur l'enquête de gendarmerie polluée dès le début par le massacre de la lettre de revendication du crime. Je rappelle que Lambert n'a été saisi par le procureur que le 17 octobre 1984 en début d'après_midi. Un maximum d'erreurs avait déjà été commis. D'ailleurs, dans le bouquin de Sesmat, il y a 2 erreurs graves, mais cela ne doit pas le gêner: l'ordre des appels téléphoniques après la "disparition" de Grégory, n'est pas correct. L'affirmation selon laquelle les policiers de Wiesbaden (Très cotés) ont vu le foulage est archi-fausse. Il s'est inspiré du livre de Lacour.
    En outre, les gendarmes n'ont enquêté que 3 semaines. Même après la saisine du SRPJ, Sesmat et d'autres gendarmes ont continué à fréquenter les Villemin. Sesmat prétend que jamais, il ne les a appelés, que c'était le contraire, c'était JMV. Mais il y a une écoute téléphonique qui dit le contraire:"J'ai cherché à vous joindre, dit Sesmat à Villemin, j'ai peur que vous ne soyez sur écoutes".
    Pour ce qui est des expertises PSY de CV, je crains que vous ne disiez pas tout. Celle concernant son mari sont édifiantes...

    Posté par , 16 mars 2009 à 11:24
  • Mais alors qu'attends t-on pour mettre les Villemin en prison...?

    C'est terrible tout de même...! 25 ans, alors que toutes vos "preuves" sont là...

    Posté par , 16 mars 2009 à 19:56
  • non, et non

    Non, et non, il n'est pas question de mettre quelqu'un en prison. Il s'agit de ne pas fusiller une seconde fois un innocent, c'est tout , mais c'est beaucoup.
    J'expose des faits, absolument incontournables, dont je peux apporter la preuve. Et encore, il y a plus, bien entendu. Aucune fabulation de ma part. Aucune rumeur, aucune fantaisie.

    Posté par , 17 mars 2009 à 10:31
  • charges ?

    Je remarque que dans le "non-lieu" à double face, ses auteurs Martin (qui ne fut jamais juge d'instruction à ma connaissance) et Simon dont furent reprises les grandes lignes "d'enquêtes" concluent à "des charges très sérieuses" à l'encontre de Bernard Laroche, d'avoir enlevé Grégory. Or généralement la formulation d'accusation est : "charges suffisantes,ou charges graves et concordantes". On peut dire qu'il y a eu précaution oratoire manifeste, tellement ils étaient sûrs d'eux! En plus, ils se gardent bien d'accuser BL de l'assassinat de Grégory.
    Pour ce qui est de l'insuline, dans ce non-lieu, il est écrit P81, "que 2 années environ avant la mort de sa mère survenue le 31 décembre 1987, Murielle Bolle avait appris à faire des piqûres à celle-ci" selon l'infirmière de la malade. Or, il apparait que Murielle, le 16 octobre 1984, ne savait pas faire ce geste. Pourquoi Simon a-t-il laissé dans l'imprécision la date d'apprentissage. Est-ce l'infirmière qui a appris à Murielle à faire des piqûres, contre toute déontologie, alors que Murielle a, à l'époque, des soeurs majeures ?
    Que d'imprécisions, toujours dans le même sens, pour accabler BL.

    Posté par , 17 mars 2009 à 12:03
  • calcul...

    " 2 ans environ...avant la mort, le 31 décembre 1987..."
    1987-2= 1985 donc 31 décembre 1985
    Grégory est assassiné le 16 octobre 1984, soit 14 mois et demi auparavant.
    "Environ" dure donc au moins 1 an et 2mois et demi sur 2 ans considérés ! Bravo !
    Heureusement que Simon n'a jamais été pilote d'avion !

    Posté par , 17 mars 2009 à 14:58
  • Bien sur qu'il ne faut pas "fusiller" une seconde fois un innocent, je suis d'accord...

    Mais il n'empêche qu'un assassin reste impuni. Et de ce fait, à force de s'acharner sur des éléments incriminant l'un on oublie l'autre...!

    Il faut donc "penser" ailleurs et non pas sur ce que l'on sait déjà...ou que l'on croit savoir.
    Parce que le plus important dans tout cela c'est bien de trouver un "éventuel" coupable non ?
    Alors peut-être qu'en trouvant une nouvelle piste elle vous mènera sur celle qui cauchemarde vos nuits...

    Posté par , 17 mars 2009 à 15:12
  • critique

    Croyez-moi, je ne "cauchemarde" pas, ni le jour, ni la nuit.
    Il est évident que la réouverture incomplète du dossier n'a qu'un but, tenter de fusiller BL une seconde fois.
    Il va de soi que pour une bonne justice il faudrait revoir tout de zéro.
    -Refaire les expertises en écritures et celle du "foulage". Et réunir tous les experts pour voir les raisons de leurs divergences. Simon ne l'a jamais fait. C'est une erreur, au mieux.
    -Refaire tous les parcours et mettre en place simultanément les témoins. Cela n'a jamais été fait. Et ce, à partir du non-lieu.
    -Analyser 4 messages anonymes adressés par un corbeau à Laveline-devant-Bruyères à X et Y.
    Cela n'a jamais été fait.Pourtant des gendarmes avaient pensé qu'ils pouvaient avoir un rapport avec l'Affaire Villemin. Je pense qu'ils avaient raison.
    -Analyser la voix du Corbeau. Refus. Et pourtant!!!!!On verra plus tard. Tout arrive pour qui sait attendre, n'est-ce pas ?

    Posté par , 17 mars 2009 à 16:22
  • Pour vos dates, le juge avait raison. Il voulait dire que deux ans avant le 31 décembre 1987, donc vers décembre 1985, Murielle avait appris à faire les piqûres, mais pas avant...Ce qui incite à penser que Murielle n'a pas fait la piqûre si piqûre il y a eu...!
    Ceci dit il n'est nullement besoin d'être médecin pour faire une piqûre sous-cutanée. Tout le monde sait faire ce genre de piqûre. On pique, on appuie...Ce n'est pas une intra-veineuse qui, elle, est beaucoup plus délicate à faire...
    Mon petit cousin de 11 ans se les fait tout seul.

    Posté par , 17 mars 2009 à 21:53
  • magistrat

    L'argumentation du magistrat (non-lieu) est qu'au moment de l'assassinat de Grégory, Murielle avait APPRIS à faire des piqûres. Ce qui est faux.
    Que ne ferait-on pas pour incriminer Murielle !

    Posté par , 19 mars 2009 à 09:09
  • Je me répète :
    Il est inutile de savoir faire ce genre de piqûre...

    Posté par , 21 mars 2009 à 18:01
  • De toutes façons, tout est fait et manipulé pour tenter de mettre en cause Murielle, dont, en passant, il est interdit de donner le patronyme, étant mineure au moment de la mort de Grégory.
    Moi, je dis qu'il faut expertiser, à tout prix, les messages de ce corbeau de Laveline-devant-Bruyères. Ce personnage a agi à la même époque que le Corbeau de l'Affaire Villemin. En principe, 3 des 4 messages se trouvent dans le dossier en scellés ouverts.
    Ce corbeau avait utilisé des pages de cahier d'écolier comme l'autre Corbeau. Et il assortissait ses envois de coups de téléphone.Leurs langages avaient un point commun, orduriers.............!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Posté par , 24 mars 2009 à 11:36
  • Et....? Qui voulez-vous confondre ? Mme Blaise-Chatel ? Ou Christine lorsqu'elle se nommait ainsi ?
    Dans ce cas il ne pas qu'analyser ces lettres mais vérifier s'il y aurait une éventuelle concordance avec celles de 1981-1984. Et cela prouvera quoi ?

    Posté par , 26 mars 2009 à 13:48
  • méconnaissance

    Vous ne connaissez pas très bien l'affaire. Ces missives datent de 1982 et 1983, de même que les appels téléphoniques anonymes concomitants. Donc, de la même époque exactement que ceux des agissements du Corbeau.
    Analyser le papier (voire les empreintes), la colle, déceler les journaux d'où les lettres ont été découpées serait particulièrement intéressant.
    D'autant plus que les victimes ont un rapport proche et involontaire avec l'Affaire Grégory.

    Posté par , 26 mars 2009 à 17:41
  • Je ne parlais pas de cette époque : il fut un temps où Mme Chatel-Blaise habitait Laveline. Et comme vous avez des "suspicions" qu'elle envoya des lettres à cette époque...
    A qui ces lettres étaient-elles destinées ?

    Posté par , 28 mars 2009 à 16:20
  • corbeau=Corbeau ?

    Une fois de plus, vous racontez n'importe quoi !
    Il y a 3 messages, saisis, et une lettre écrite en script (non saisie).
    Vos réflexions prouvent que vous êtes totalement hors de la question.
    N'imaginez pas que je vous en dirai plus, ni sur les destinataires, ni sur le contenu des lettres et des appels téléphoniques.
    Je pense qu'il y a là des éléments capitaux qui font partie du "mobile". Car le "mobile" de l'assassinat de Grégory est multiple. Une rancoeur plus une rancoeur, plus une jalousie, plus une peur, plus le désespoir font un crime.

    Posté par , 30 mars 2009 à 14:02
  • Et bien faîtes votre enquête vous-même...!
    Et comme je ne serais plus là, je laisserais un message à mes arrières-arrières-petits-enfants afin qu'ils puissent lire votre résultat !

    Posté par , 31 mars 2009 à 15:44
  • perdant !

    Vous faites croire que vous connaissez cette affaire. En réalité, vous alignez des lieux communs recueillis, je dirais piochés, ça et là. Dans une enquête, il faut des faits avérés, et tout ce que vous alignez est pure imagination ou contredit. Mais, contrairement à ce que vous pensez, cela avance...lentement certes, mais sûrement. Rien ne presse. Jusqu'à présent, ma tactique a été très efficace. Voire le demi-timbre. Sans cette révélation, l'affaire aurait été prescrite en 2003! Merci, moi !

    Posté par , 02 avril 2009 à 18:42
  • Votre PS , c'est n'importe quoi !!!! Du même niveau que l'enquête menée par Corazzi , Bezzina et consors
    J'espère pour vous que vous pouvez encore vous regarder dans la glace

    Posté par , 25 octobre 2006 à 11:49
  • que les mauvaises consciences se réveillent

    En ce qui me concerne, je souhaite de tout coeur que ce petit ange parti à l'âge de 4 ans puisse un jour redonner la paix à ses parents, qui ont tant souffert de sa disparition et de tout ce qui en a suivi (je me demande comment ils ont pu tenir, je les respecte profondément) Quant aux corbeaux, (je mets au pluriel corbeaux car c'est une machination familiale pour moi) famille jalouse c'est certain de leur vie paisible et heureuse puisse un jour ne plus pouvoir dormir...........c'est vraiment ce que je leur souhaite !!! (à moins que les personnes actives ou passives n'est pas de conscience, alors là.............

    Posté par , 02 novembre 2006 à 12:21
  • Critique

    Ce livre (Le secret de la Vologne) n'est qu'une suite d'aberrations.
    L'auteur l'a écrit au mépris de la justice.

    Posté par , 01 décembre 2006 à 12:32
  • Critique

    Ce livre est un ramassis d'aberrations.

    Posté par , 01 décembre 2006 à 12:36
  • Mystère

    Si on veut tenir compte de TOUS les témoignages, on est obligé d'envisager Bernard comme kidnappeur, avec Muriel, et Christine comme complice passive (involontaire sans doute, par exemple soumise à un chantage, trompée, ne sachant pas jusqu'où le rapt allait aller, et peut être la mort de l'enfant fut une sorte d'accident, il aurait été maintenu et étouffé). Cela ne se peut pas autrement: les coupables seraient plus nombreux qu'on ne le croit. Simple hypothèse. J'aimerais le contact du capitaine Sesmat.

    Posté par , 14 décembre 2006 à 03:33
  • la guerre des polices

    j ai lu le livre du capitaine SESMAT qui en fait contient surtout une contre attaque à mr CORRAZZI et au juge LAMBERT .
    je pense que comme beaucoup d antagonistes à cette affaire il a été victime à la fois des journalistes affables et des avocats et des meandres de la législation françaises .
    (trop d annulations de preuves dus à des manquements de mise en forme)
    yann

    Posté par , 01 janvier 2007 à 09:59
  • l'heure du crime

    il est dommage que dans cette affaire tout fut baclé,meme l'autopsie de gregory;un minimum
    d'organisation a du presider à cette entreprise criminelle,s'assurer des alibis d'ou pour les
    assassins retarder la mort de gregory en esperant
    que les medecins legistes fixeront la mort de gregory vers 20 heurese par exemple.CE NE FUT PAS le
    cas ,le compteur fut bloqué à 17H30 d'ou la panique
    des assassins depourvu d'alibis à cette heure.Je
    pense que plusieurs personnes ont participé à ce
    crime(un groupe kidnappant l'enfant et le confiant
    à un autre groupe pour une mise à mort ulterieure).

    Posté par , 03 janvier 2007 à 09:14
  • qui a tué Grégory ?

    Pour moi, ce fut une "machination familiale" sur fond de jalousie dont la victime fut ce petit garçon, qui aurait maintenant 27 ans.

    Grégory, tu as certainement vu ton assassin. Peut-être le connaissais-tu ?

    J'ai toujours pensé que Bernard Laroche et sa belle-soeur n'y étaient pas "étrangers".

    Posté par , 27 janvier 2007 à 19:04
1  2    Dernier »

Poster un commentaire